Passer au contenu principal

RussiePoutine est prêt à rencontrer Trump

Le président russe Vladimir Poutine s'est déclaré favorable à un rendez-vous avec son homologue américain.

Le Pentagone a accepté une rallonge pour le mur voulu par le président américain à la frontière avec le Mexique. (Jeudi 13 février 2020)
Le Pentagone a accepté une rallonge pour le mur voulu par le président américain à la frontière avec le Mexique. (Jeudi 13 février 2020)
Keystone
Le républicain Mitt Romney a voté en faveur de la destitution du président américain, mais Donald Trump a été acquitté des accusations à son encontre. (Jeudi 6 février 2020)
Le républicain Mitt Romney a voté en faveur de la destitution du président américain, mais Donald Trump a été acquitté des accusations à son encontre. (Jeudi 6 février 2020)
Keystone
L'ex-directeur du FBI James Comey a été auditionné jeudi par le Sénat. Il a accusé notamment de «mensonges» l'administration du président Trump, qui lui aurait intimé d'abandonner un volet de l'enquête russe sur un proche. (Jeudi 8 juin 2017)
L'ex-directeur du FBI James Comey a été auditionné jeudi par le Sénat. Il a accusé notamment de «mensonges» l'administration du président Trump, qui lui aurait intimé d'abandonner un volet de l'enquête russe sur un proche. (Jeudi 8 juin 2017)
AFP
1 / 150

Le président russe Vladimir Poutine a annoncé dimanche qu'il était prêt à rencontrer son homologue américain «dès que» Donald Trump sera disposé à un sommet entre les deux hommes.

«Dès que la partie américaine sera prête cette réunion aura lieu, en fonction de mon emploi du temps bien entendu», a affirmé Vladimir Poutine à des journalistes lors d'un déplacement en Chine.

«Il faut arrêter ce babillage»

Le président russe Vladimir Poutine a ironisé dimanche sur le «babillage inventif» des pays du G7, les appelant à «une vraie coopération». «Je pense qu'il faut arrêter ce babillage inventif et se tourner vers les sujets concrets relevant d'une vraie coopération», a-t-il déclaré lors d'une visite en Chine. Vladimir Poutine était interrogé par la presse sur le document final du sommet qui a réuni Etats-Unis, Canada, Japon, Allemagne, France, Grande-Bretagne, Italie, auquel le président américain Donald Trump a finalement retiré son aval après l'avoir approuvé.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.