La tension monte autour de la Crimée

Russie/UkraineVladimir Poutine a annoncé jeudi un renforcement de la sécurité sur la péninsule. Petro Porochenko n'a pas manqué de réagir.

Selon le président ukrainien, les accusations de Poutine sont des faux prétextes.

Selon le président ukrainien, les accusations de Poutine sont des faux prétextes.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Nouvelle escalade entre Moscou et Kiev suite à de supposés attentats. Le président ukrainien a demandé jeudi la mise en alerte des unités militaires proches de la Crimée et du Donbass, alors que le président russe a annoncé un renforcement de la sécurité en Crimée.

«J'ai ordonné à toutes les unités dans les régions situées au niveau de la frontière administrative avec la Crimée et le long de la ligne de front dans le Donbass (est de l'Ukraine) de se mettre en état d'alerte», a annoncé le président ukrainien Petro Porochenko sur le réseau social Twitter. Il sortait d'une réunion avec des représentants des forces armées et du ministère ukrainien des Affaires étrangères.

«Nous nous préparons à tout», a indiqué un haut responsable au sein des services de sécurité ukrainiens. Il juge «possible» une invasion russe. «C'est une escalade, bien sûr».

Le président ukrainien a réclamé la tenue d'une conférence téléphonique avec le président russe Vladimir Poutine et plusieurs dirigeants occidentaux, dont François Hollande et Angela Merkel. Ces derniers ont négocié avec Kiev et Moscou les accords de Minsk. Il a également affirmé vouloir s'entretenir avec le vice-président américain Joe Biden et le président du Conseil européen Donald Tusk.

L'Ukraine, membre non permanent du Conseil de sécurité de l'ONU, a aussi réclamé la tenue de consultations urgentes à huis clos. Le Conseil de sécurité se réunira jeudi encore.

Sécurité renforcée

La déclaration de M. Porochenko intervient peu après l'annonce, le même jour, par M. Poutine du renforcement de la sécurité dans la péninsule de Crimée. La région avait été annexée par Moscou en mars 2014.

Selon le Kremlin, le président russe a réuni son Conseil de sécurité et «des mesures supplémentaires ont été discutées pour assurer la sécurité des citoyens et les infrastructures vitales de Crimée». Les membres du conseil ont «étudié en détail les scénarios concernant les mesures antiterroristes pour protéger la frontière terrestre, les eaux territoriales et l'espace aérien de Crimée».

Saboteurs-terroristes

Ces échanges constituent la plus forte montée de fièvre entre Moscou et Kiev, à couteaux tirés depuis l'arrivée au pouvoir de pro-occidentaux en Ukraine, début 2014. Ils ont été provoqués par une annonce des services secrets russes, qui affirmaient mercredi avoir déjoué des «attentats» préparés par l'Ukraine.

Selon eux, des incursions, menées par des «saboteurs-terroristes», ont coûté la vie à un agent du FSB et un militaire russe. M. Poutine avait alors accusé les autorités ukrainiennes d'être «passées à la terreur».

Le président ukrainien a dénoncé des accusations «absurdes et cyniques». Elles sont, d'après lui, utilisées comme «prétexte pour de nouvelles menaces militaires à l'égard de l'Ukraine».

Soutiens occidentaux

Les Etats-Unis, via leur ambassadeur en Ukraine Geoffrey Pyatt, ont indiqué n'avoir «rien vu corroborant les allégations russes». Ils ont accusé Moscou d'utiliser «fréquemment de fausses accusations pour détourner l'attention de ses actes illégaux».

Dans un communiqué, le ministère russe des Affaires étrangères a répliqué que les soutiens occidentaux de Kiev feraient mieux de «faire preuve de bon sens» et de pousser les Ukrainiens à «mettre fin à leurs provocations incessantes». Il a réaffirmé que la mort de militaires russes ne resterait pas «sans conséquence».

Un responsable de l'OTAN, qui n'a pas souhaité être nommé, a déclaré de son côté que l'Alliance suivait «de près et avec inquiétude» la situation. «Nous sommes rassurés par la condamnation résolue par l'Ukraine du terrorisme sous toutes ses formes», a-t-il ajouté. Il estime que «la Russie n'a fourni aucune preuve tangible pour ses accusations contre l'Ukraine». (ats/nxp)

Créé: 11.08.2016, 15h40

Washington «extrêmement inquiet»

Les Etats-Unis se sont déclarés jeudi «extrêmement inquiets» du regain de tensions entre la Russie et l'Ukraine le long de la ligne de démarcation de la Crimée et ont appelé les deux camps à éviter toute «escalade». «Il est maintenant temps de réduire les tensions (...) et de retourner aux discussions», a mis en garde la porte-parole du département d'Etat Elizabeth Trudeau.

Articles en relation

Poutine accuse Kiev de «passer à la terreur» en Crimée

Ukraine Selon Moscou, l'Ukraine aurait préparé des attaques visant des éléments cruciaux de l'infrastructure de la région. Kiev dément. Plus...

L'UE prolonge ses sanctions liées à la Crimée

Géopolitique L'UE a prolongé d'un an ses sanctions décidées après l'annexion de la Crimée par la Russie en 2014. Plus...

Crimée: l'assemblée des Tatars interdite

Russie La péninsule, sous contrôle russe, a interdit l'assemblée de cette communauté musulmane autochtone. Plus...

Kiev veut récupérer l'Est et la Crimée

Ukraine Le président ukrainien veut récupérer ces territoires par la voie de la diplomatie. Plus...

Coca-Cola fâche Russes et Ukrainiens avec une pub

Marketing La marque US a représenté la Russie d'abord sans la Crimée, puis avec: une «insulte» pour les Russes, puis pour les Ukrainiens. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.