Le Premier ministre maltais est blanchi

Panama PapersJoseph Muscat, Premier ministre maltais, était soupçonné de détenir des comptes offshore. Cette révélation, faite dans le cadre des «Panama Papers», n'était pas avérée.

Le travailliste Joseph Muscat.

Le travailliste Joseph Muscat. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Premier ministre maltais, le travailliste Joseph Muscat, a annoncé dimanche qu'une vaste enquête de la justice sur les «Panama Papers» avait permis de blanchir son nom et celui de ses proches de toutes allégations de transactions douteuses.

«Aujourd'hui, la justice a été rendue», a déclaré M. Muscat lors d'une conférence de presse pour dévoiler les conclusions du rapport de 1500 pages. Il a été remis samedi au ministre de la justice après plus d'une année d'enquête.

L'épouse de M. Muscat, de même que son chef de cabinet et son ministre de l'Energie, ou encore l'ancien commissaire européen John Dalli étaient soupçonnés de détenir des comptes offshore révélés dans le cadre du scandale des «Panama Papers», via la très controversée banque Pilatus.

Soupçons de corruption

Si détenir un tel compte n'est pas illégal, cela reste associé à une volonté d'évasion fiscale ou de blanchiment d'argent, alors que le gouvernement de M. Muscat a été pollué par des soupçons de corruption et de contacts mystérieux avec des personnalités douteuses, en particulier en Azerbaïdjan.

Ces soupçons avaient poussé M. Muscat à convoquer des élections anticipées en juin 2017, qu'il avait remportées haut la main. Invité à s'expliquer quelques jours plus tard devant le Parlement européen, il avait promis de démissionner s'il y avait «une once de vérité» dans les accusations.

Journaliste tuée

Beaucoup de ces accusations avaient d'abord été publiées sur le blog de la journaliste anticorruption Daphné Caruana Galizia, tuée par une voiture piégée en octobre 2017. Visiblement ému, M. Muscat a dénoncé dimanche les «mensonges» ayant fait souffrir sa femme et ses filles. «On ne fait pas exploser les gens pour avoir dit des mensonges», ont commenté sur les réseaux sociaux les fils de Mme Caruana Galizia. (ats/nxp)

Créé: 22.07.2018, 16h17

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.