Passer au contenu principal

FranceUn premier Noël sans Notre-Dame à Paris

Aucune messe de Noël ne sera dite cette année à Notre-Dame de Paris, pour la première fois depuis plus de deux siècles.

La cathédrale parisienne est fermée depuis l'incendie du 15 avril dernier.
La cathédrale parisienne est fermée depuis l'incendie du 15 avril dernier.
AFP

Depuis l'incendie qui a fait tomber sa flèche et ravagé une partie de son toit le 15 avril, Notre-Dame de Paris, l'emblématique cathédrale de la capitale, a fermé ses portes - à l'exception d'une messe célébrée sans fidèles. C'est donc l'église Saint-Germain l'Auxerrois qui accueille les naufragés de la cathédrale.

Pour cette nuit de Noël, c'est à quelques centaines de mètres, en face du Louvre, que se retrouvent fidèles et touristes. Venus de Grande-Bretagne, Jean et Patricia Gillies vont «prier pour la mémoire de Notre-Dame», explique avec émotion cette médiéviste. «Je vais à la messe pour prier Notre-Dame», ajoute, dans un français hésitant, son époux.

La cathédrale sera aussi dans l'esprit de Shun et sa femme, Mei Yuan, d'origine chinoise, qui vivent en Europe. Ils ont d'ailleurs pris le temps, avant la messe, de passer au chevet de Notre-Dame, devant laquelle se dresse désormais une immense grue. «On va prier pour Notre-Dame et on va prier pour l'avenir», lance Shun, avant d'entrer dans Saint-Germain l'Auxerrois, mais avec «le coeur lourd». C'est dans cette église pluriséculaire, qui fait face à l'entrée orientale du Louvre, qu'ont été transférés une partie des offices de Notre-Dame.

«Notre-Dame c'est ici»

Danielle aura elle aussi un pincement au coeur en entrant dans Saint-Germain l'Auxerrois. «On pleure depuis le 15 avril, et aujourd'hui encore plus», explique cette fidèle parisienne, qui passait ses précédents Noël à Notre-Dame. Mais elle aperçoit quand même un rayon de soleil : la maîtrise, le choeur de Notre-Dame qui «est encore là» et qu'elle entendra ce mardi soir. Comme les autres croyants, pendant la messe, elle priera pour Notre-Dame et «pour tous les prêtres».

A l'intérieur, venus célébrer le jour où, selon la foi chrétienne, est né Jésus-Christ, 300 personnes écoutent l'homélie du père Jean-Philippe Fabre. Avant la traditionnelle profession de foi, il adresse un mot à «tous ceux qui auraient peut-être voulu être à Notre-Dame». «Notre-Dame c'est ici ce soir», ajoute-t-il. «Parce que Jésus donne sa présence partout».

«Pas le même esprit»

Au milieu de la messe, dans les travées, un groupe de touristes tente de s'avancer, bientôt arrêtés par un prêtre. Comme un petit goût de Notre-Dame...Pour Juliette, 16 ans, venue d'Aix avec sa famille et qui avait assisté à la précédente messe de Noël à Notre-Dame, l'ambiance sera toutefois un peu différente.

«Ça reste une messe de Noël mais ce n'est pas la même chose... La cathédrale c'est une certaine ambiance. Ce n'est pas le même esprit mais ça reste une messe de Noël», se rassure-t-elle. «Et il y aura une pensée pour Notre-Dame ce soir, c'est sûr».

Après cette messe des familles, le recteur de la cathédrale, Mgr Patrick Chauvet, a célébré, toujours en l'église Saint-Germain l'Auxerrois, l'office de 23h30. Au même moment, dans l'Ouest parisien, c'est sous le chapiteau du cirque Gruss, que l'archevêque de Paris, Monseigneur Aupetit, officiait lui aussi pour la messe de minuit.

A Saint-Germain l'Auxerrois, à droite de l'autel, continue de trôner une statue de la vierge Marie. A ses pieds, les croyants sont invités à faire une offrande et allumer une bougie. Au-dessus des flammèches, gravé dans le bois: «Notre-Dame de Paris, priez pour nous».

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.