Une première manifestation anti-Macron

Présidentielle française À l'appel des syndicats, des milliers de personnes participaient ce lundi à la «première mobilisation sociale du quinquennat».

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Plusieurs milliers de personnes ont manifesté lundi après-midi à Paris à l'appel du collectif «Front social». Elles veulent marquer leur mobilisation dès le lendemain de l'élection d'Emmanuel Macron à la présidence française.

Encadrés par un gros dispositif policier, les manifestants (1600 selon la police, 7000 à 10'000 selon les organisateurs) ont défilé entre la Place de la République et la Place de la Bastille. Ils ont scandé «anti-capitalistes» ou «Macron démission! un jour ça suffit».

La police a signalé quelques jets de projectiles et de légères dégradations sur le mobilier urbain. Elle a procédé à une interpellation. Les manifestants étaient en cours de dispersion vers 17h30.

«En Marx»

«En Marche vers la guerre sociale», «Nos voix ne rentrent pas dans leurs urnes», «Urgence sociale et écologique», «Pour l'égalité des droits contre un précariat généralisé» ou encore «En Marx», proclamaient des pancartes.

Les participants avaient répondu à l'appel de sections syndicales CGT, Sud ou Unef et d'associations qui n'ont jamais accepté la fin de la bataille contre la loi travail, et avaient décidé de marquer le coup quel que soit le président élu.

Le collectif avait appelé entre les deux tours à «battre les deux candidats». Il avait encouragé à «participer à la première mobilisation sociale du quinquennat, que ce soit la peste ou le choléra qui arrive au pouvoir».

Réforme du droit du travail

«Nous avons décidé de ne pas baisser la tête dans les premiers jours de mandature», assure Romain Altmann responsable du turbulent syndicat Info'Com, qui a souvent eu maille à partir avec la direction de la CGT. «Ce qui nous attend est assez grave, comme une loi travail numéro 2 qui va voir le jour dans les prochaines semaines», observe-t-il. Parmi ses premières mesures, Emmanuel Macron a prévu de réformer le droit du travail.

Les centrales syndicales au niveau national ne se sont pas associées à ce rassemblement, en dépit de leurs inquiétudes concernant la volonté du président élu de légiférer par ordonnance pour réformer le droit du travail. Dès l'annonce des résultats dimanche soir, elles ont mis en garde le président élu contre un «troisième tour social».

«Il va balayer le dialogue social»

«S'il persiste dans l'idée de faire des ordonnances au mois de juillet, ça veut dire qu'il va balayer le dialogue social et la concertation: il y aura problème d'une manière ou d'une autre, donc on attend de voir», a déclaré sur franceinfo le secrétaire général de Force ouvrière, Jean-Claude Mailly.

«Je ne vois pas quelle est l'organisation syndicale, quelle qu'elle soit aujourd'hui, sans parler du fond, qui peut accepter que ça passe à la schlague avec des ordonnances», a-t-il ajouté.

Le 22 avril, à la veille du premier tour, le «Front social» avait déjà organisé une manifestation à Paris, à laquelle avaient participé près de 2000 personnes selon la police. (ats/nxp)

Créé: 08.05.2017, 18h37

Articles en relation

Le succès de Macron bon pour l'économie suisse

Présidentielle française Les milieux économiques accueillent avec satisfaction la victoire du candidat centriste pro-européen. Plus...

Marine Le Pen et le FN à un moment critique

Présidentielle française La candidate recalée au second tour se trouve dans un paradoxe, celui d'un véritable succès, mais qui a été vécu comme un échec par ses partisans. Plus...

Les Français de Suisse ont plébiscité Macron

Présidentielle française La plus grande communauté française de l'étranger a largement soutenu le candidat d'En Marche! ce dimanche. Plus...

Les plus jeunes dirigeants dans les démocraties

Présidentielle A l'image de la France qui verra à sa tête Emmanuel Macron, plusieurs pays sont dirigés par des juniors. Tour d'horizon. Plus...

Emmanuel Macron est élu président de la République

Présidentielle française Le centriste a été élu avec plus de 65% des suffrages et devient le plus jeune président de l'histoire de la République française. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.