Première nuit calme à Bagdad après les émeutes

IrakPlus de 100 personnes ont été tuées et plus de 6000 blessées dans les manifestations qui ont démarré au début du mois d'octobre.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Bagdad s'est réveillée mardi après sa première nuit calme au terme d'une semaine de manifestation et de violences qui ont fait une centaine de morts. Le président irakien avait appelé au dialogue.

Barham Saleh a appelé lundi soir les «fils d'une même nation» à mettre fin à «la dissension», la voix étranglée par moments, alors que le matin même l'armée reconnaissait avoir fait un «usage excessif» de la force dans le remuant quartier de Sadr City à Bagdad, qui a sombré dans une nuit de chaos dimanche.

Depuis le début le 1er octobre du mouvement de contestation à Bagdad et dans des villes du sud pour réclamer emplois, services publics et dénoncer la corruption, plus de 100 personnes ont été tuées, en grande majorité des manifestants, et plus de 6000 blessées, selon un dernier bilan officiel.

L'Iran a dit voir un «complot» dans ce mouvement inédit car spontané et sans parrain politique ou religieux affiché. Et ce «complot» a «échoué», a tranché lundi le Guide suprême iranien Ali Khamenei.

Lundi soir, M. Saleh a lui exhorté les 40 millions d'Irakiens à empêcher «l'ingérence de l'étranger», dans un pays pris en étau entre ses deux grands alliés, l'Iran et les Etats-Unis. Il a proposé une sortie de crise avec un dialogue «franc», un remaniement ministériel et de nouvelles instances de supervision pour tenter de juguler la corruption, qui a englouti plus de deux fois le PIB irakien ces 16 dernières années.

Avant lui, le chef du Parlement Mohammed al-Halboussi et le Premier ministre Adel Abdel Mahdi avaient multiplié propositions et annonces sociales pour tenter d'apaiser la colère des manifestants, qui disent n'avoir «plus rien à perdre» dans un riche pays pétrolier où plus d'un habitant sur cinq vit sous le seuil de pauvreté.

«Usage excessif»

Le Parlement a de nouveau annoncé une réunion mardi après-midi, après que celle de samedi n'a pu s'ouvrir, faute de quorum. Les députés du bloc de Moqtada Sadr, très influent et très versatile leader chiite vainqueur des législatives, avaient boycotté cette séance, avec d'autres.

Dans son bastion de l'est de Bagdad, Sadr City, le calme revenu lundi matin tenait encore 24 heures plus tard, après une nuit meurtrière au cours de laquelle 13 manifestants ont péri dans des affrontements avec l'armée. Cette dernière avait reconnu lundi «un usage excessif de la force» et annoncé avoir «commencé à demander des comptes aux officiers» ayant commis des «erreurs».

Des vidéos ont montré des manifestants se mettre à couvert sous des rafales ininterrompues de tirs, parfois à l'arme lourde. Plus d'images pourraient bientôt être révélées alors que le réseau internet - coupé progressivement à Bagdad et dans le sud depuis mercredi soir - recommence à marcher par saccades. Les réseaux sociaux, où les manifestants disent vouloir poster leurs images de violence des forces de l'ordre, sont toutefois toujours inaccessibles. (ats/nxp)

Créé: 08.10.2019, 11h05

Galerie photo

Vague de manifestations et violences en Irak

Vague de manifestations et violences en Irak Le pouvoir irakien en place depuis un an est confronté à un mouvement de contestation inédit, marqué par de sanglants affrontements.

Articles en relation

L'armée admet un «usage excessif» de la force

Irak Des affrontements avec des protestataires dans le bastion chiite de Sadr City à Bagdad ont fait au moins 13 morts dans la nuit Plus...

Irak: Ali Khamenei accuse des «ennemis»

Irak Le guide suprême iranien prend position sur les émeutes qui ont vu la mort de plus de 100 personnes en Irak. Et d'accuser des «ennemis» sans toutefois les nommer. Plus...

Bagdad annonce des mesures sociales

Irak Le gouvernement irakien a annoncé dimanche des mesures pour aider la population mais la contestation ne faiblit pas. Plus...

L'ONU appelle à la fin des violences en Irak

Moyen-Orient Le pouvoir en place depuis un an est confronté à un mouvement de contestation marqué par de sanglants affrontements depuis 5 jours. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 8

Paru le 26 février 2020
(Image: Bénédicte) Plus...