Premiers contacts sans concession entre ennemis syriens

Genève 2A Montreux, le dialogue de sourds s'installe autour de la table, tandis que les pro et les anti Assad se défient dans la rue.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le climat a été tendu du début à la fin. La conférence de paix de Genève II à Montreux a démarré par une guerre des mots. En apparence, aucun point d’accord n’a émergé de cette journée interminable. Les divergences entre l’opposition syrienne et le régime de Damas semblent plus que jamais inconciliables. Le sang-froid des diplomates a été mis à rude épreuve. Maitre de cérémonie, le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon est sorti lessivé de cet exercice.

Dès l’ouverture de la conférence, le ministre syrien des affaires étrangères Walid Mouallem a défié l’autorité déjà bien entamée du coréen en explosant son temps de parole – 35 minutes au lieu des 10 accordées - et en faisant fi de ses rappels à l’ordre. «Vous vivez à New York et moi je vis en Syrie, j’ai le droit de donner la version syrienne ici devant ce forum».

Les chefs de la diplomatie russe et américaine, Sergueï Lavrov et John Kerry ont rappelé leurs positions. «Bachar al-Assad ne prendra pas part au gouvernement de transition.» Le chef de la diplomatie française, Laurent Fabius, a dénoncé «les élucubrations longues et agressives» du chef de la délégation du gouvernement syrien.

A première vue, la conférence de paix de Montreux à juste permis de mesurer la longueur du fossé qui séparent les parties au conflit syrien. Il paraît abyssal.

A l’extérieur, des partisans du régime manifestent bruyamment. Près de 200 d’entre eux ont fait le voyage en bus, des Pays-Bas, de Belgique, de France et d’Italie. Bardés d’étendards et de portraits de Bachar, ils sont regroupés devant l’entrée du centre de presse solidement gardé par les forces de police où s’entassent quelque 1300 journalistes venus du monde entier. Les envoyés spéciaux syriens exultent. Quelques-uns applaudissent.

Développements dans nos éditions imprimée, électronique et iPad.

Créé: 22.01.2014, 21h13

Dossiers

Articles en relation

La guerre des mots est déclarée à Genève-2

DIPLOMATIE La conférence de paix de Genève-2 à Montreux a été marquée aujourd'hui par une rhétorique violente et l'impossibilité d'un accord sur le sort de Bachar al-Assad. Plus...

Débordements maîtrisés à Montreux

Conférence de paix Genève-2 Un accrochage entre les opposants au régime syrien et le pro-Assad est survenu à hauteur de la place du Marché. La police a rapidement mis un terme à l'incident. Plus...

Des positions inconciliables à l’ouverture de «Genève 2»

Montreux Les intervenants syriens ont déclamé leur réthorique officielle, aux positions diamétralement opposées. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.