Préparatifs au Népal pour un sacrifice d'animaux

AsieLe plus grand sacrifice d'animaux au monde aura lieu dès mardi au Népal à la Fête de Gadhimai, malgré de nombreuses contestations.

Des fidèles hindous arrivent lundi à la Fête de Gadhima dans le village de Bariyarpur au Népal.

Des fidèles hindous arrivent lundi à la Fête de Gadhima dans le village de Bariyarpur au Népal. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Des milliers de fidèles hindous étaient rassemblés lundi au Népal pour une fête religieuse considérée comme la plus grande cérémonie de sacrifice rituel d'animaux au monde, malgré des décisions de justice et des appels d'opposants à cette pratique pour empêcher l'événement.

Ces sacrifices, qui doivent débuter mardi, ont lieu tous les cinq ans dans le village de Bariyarpur, près de la frontière avec l'Inde, en hommage à la déesse hindoue de la puissance.

Quelque 200'000 bêtes, allant de la chèvre au rat, ont été tuées lors des deux journées de la précédente Fête de Gadhimai en 2014, et les préparatifs allaient bon train lundi soir.

Parmi les participants, Sabu Sahani, 25 ans, est venu avec sa famille depuis l'Inde, avec une chèvre à offrir en sacrifice. «Je suis heureux d'être ici. La déesse m'a entendu. Nous n'avions pas d'enfant, mais maintenant mon épouse a donné naissance à une fille», dit-il à l'AFP.

Des négociants informels et des pèlerins traversant la frontière avec l'Inde fournissent la plupart des bêtes, dont un grand nombre sont saisies aux points de passage par les autorités indiennes et des volontaires.

Adversaires de la cérémonie

Les espoirs des adversaires de cette pratique vieille de plusieurs siècles ont été renforcés après une décision de bannir cette cérémonie sacrificielle émise par les autorités du temple de la déesse en 2015, et un jugement de la Cour suprême du Népal l'année suivante demandant au gouvernement de la décourager.

Mais selon les défenseurs des animaux, ni les autorités, ni les responsables du site religieux n'ont respecté ces décisions.

«Les officiels ont privilégié leurs croyances personnelles par rapport aux décisions de justice, et n'en ont pas fait assez pour décourager les massacres», affirme l'un de ces défenseurs, Manoj Gautam.

Un religieux local, Mangal Chaudhary -dont la famille officie au temple depuis dix générations- n'a pas fait de commentaire pour dire si cette institution soutenait les sacrifices cette année, mais a assuré que le nombre de participants était en augmentation.

«Nous allons continuer nos traditions et pratiquer les rituels dans le temple. Mais ce que les fidèles font à l'extérieur est de leur propre responsabilité», estime-t-il.

Sacrifices pour une déesse

Selon la légende, les premiers sacrifices à Bariyarpur ont été pratiqués il y a plusieurs siècles après que la déesse Gadhimai fut apparue en songe à un prisonnier pour lui demander de lui élever un temple.

A son réveil, ses chaînes étaient tombées et le prisonnier libéré fut capable de bâtir le temple, où il sacrifia des animaux en reconnaissance pour la déesse. (afp/nxp)

Créé: 02.12.2019, 20h30

Articles en relation

Des hindous procèdent à un sacrifice géant d'animaux

Népal La fête a démarré dans une région reculée du Népal malgré les protestations d'associations de défense des animaux et la mobilisation de Brigitte Bardot. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 11 décembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...