Président de l'Assemblée nationale visé

FranceDepuis le début du mouvement des «gilets jaunes», une cinquantaine de députés ont été pris pour cible.

La maison du président de l'Assemblée nationale française n'était pas occupée au moment des faits.

La maison du président de l'Assemblée nationale française n'était pas occupée au moment des faits. Image: Twitter

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le président de l'Assemblée nationale française, Richard Ferrand, a décidé de porter plainte après une tentative d'incendie «volontaire». Elle a été constatée vendredi à son domicile privé situé à Motreff, en Bretagne.

«La Gendarmerie nationale ayant découvert sur place une couverture, un résidu de pneumatique, et une torche artisanale imbibée de carburant, l'origine criminelle ne semble pas faire de doute», a souligné un communiqué de l'Assemblée nationale, relayé par Richard Ferrand, membre du parti présidentiel La République en Marche.

Porte-fenêtre incendiée

Ce dernier, qui a posté deux photos sur Twitter sur lesquelles on peut notamment voir une porte-fenêtre incendiée, a immédiatement reçu le soutien de nombreuses personnalités politiques, notamment du président Emmanuel Macron dont il est proche. «Rien ne légitime la violence ou l'intimidation à l'égard d'un élu de la République. Toute ma solidarité envers @RichardFerrand et ses proches», a réagi le chef de l'Etat.

Pour le procureur de Brest, Jean-Philippe Recappé, «il s'agit d'un incendie criminel. Cela ne fait aucun doute. On trouve un reste de pneumatique, visiblement du carburant».

«C'est un voisin qui s'est aperçu que quelqu'un a voulu mettre un incendie, il s'en est aperçu vers 14 heures. Ce n'est pas une résidence principale, cette maison n'était pas habitée», a ajouté le procureur qui n'était pas en mesure de dire quand les faits ont été commis.

«Un volet a explosé la vitre, cela s'est arrêté là. Il n'y a pas de tag qui permettrait de mettre en lien avec les gilets jaunes, pas de revendications, pas de pénétration hostile dans la maison», a ajouté Jean-Philippe Recappé qui a confirmé l'ouverture d'une enquête.

Cinquantaine de cas

Plusieurs domiciles et permanences d'élus de la majorité présidentielle ont été dégradés depuis le début du mouvement des «gilets jaunes» en novembre et certains d'entre eux ont fait l'objet de menaces de mort. De source parlementaire, une cinquantaine de députés ont été visés ces dernières semaines.

«Ceux qui intimident, menacent, agressent, vandalisent, brûlent, n'auront jamais le dernier mot en démocratie. Jamais. Nous sommes la République et nous les combattrons sans relâche», a réagi le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux. (ats/nxp)

Créé: 09.02.2019, 11h54

Articles en relation

Acte XIII: un «gilet jaune» a eu la main arrachée

France Après trois mois de contestation, le mouvement des «gilets jaunes» est une nouvelle fois descendu dans la rue, samedi. Plus...

Coup de colère français: Luigi Di Maio persiste

France - Italie Le vice-premier ministre italien Luigi Di Maio a défendu vendredi sa visite à des «gilets jaunes» français, à l'origine d'une crise sans précédent entre deux pays fondateurs de l'UE. Plus...

Appels à manifester dans toute la France samedi

Acte 13 des «gilets jaunes» Les «gilets jaunes» ont décidé de se mobiliser de nouveau dans tout le pays ce week-end. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.