Passer au contenu principal

Le président chinois s’aventure au cœur du volcan arabo-musulman

Entre business et grande politique, Xi Jinping entame ce mardi à Riyad un voyage qui doit le conduire au Caire puis à Téhéran.

Coïncidence ou non, la visite de Xi Jinping dans cet Orient compliqué intervient peu après la publication, mercredi dernier par Pékin, d’un premier «livre blanc» sur la politique arabe de la Chine. (Illustration)
Coïncidence ou non, la visite de Xi Jinping dans cet Orient compliqué intervient peu après la publication, mercredi dernier par Pékin, d’un premier «livre blanc» sur la politique arabe de la Chine. (Illustration)
AFP

Arabie saoudite, Egypte, Iran. Pas besoin d’être spécialiste pour comprendre que les trois étapes du voyage de cinq jours qu’entame ce mardi le président chinois Xi Jinping au Moyen-Orient ne seront pas une promenade de santé.

Mais voilà, alors que l’économie de son pays dépend pour l’essentiel du pétrole moyen-oriental (dont celui des deux rivaux iranien et saoudien), le No 1 chinois semble prêt à prendre quelques risques pour renforcer l’influence de Pékin dans la région. «Quitte à remettre en cause certains des principes essentiels de sa diplomatie», relève d’emblée Antoine Kernen, maître d’enseignement et de recherche à l’Université de Lausanne et fin connaisseur de la Chine.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.