Le président conteste l'annulation du scrutin

Malawi Quatre jours après l'annulation par la justice de sa victoire à la présidentielle de mai 2019, Peter Mutharika a décidé de faire appel vendredi.

Peter Mutharika, au pouvoir depuis 2014, avait été réélu avec 38,5% des voix en mai.

Peter Mutharika, au pouvoir depuis 2014, avait été réélu avec 38,5% des voix en mai. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le président du Malawi Peter Mutharika a fait appel vendredi de la récente annulation par la Cour constitutionnelle du pays de sa réélection contestée en mai 2019. Une commission avait auparavant demandé la suspension de ce jugement.

Arrêt historique

Dans sa requête, Peter Mutharika affirme que les juges de la Cour constitutionnelle ont commis «une erreur en droit» en déclarant qu'il avait été «indûment» réélu et demande à la Cour Suprême d'annuler la décision de lundi dernier qui a requis un nouveau scrutin dans les 150 jours.

Auparavant, la commission électorale du Malawi avait demandé vendredi à la Cour constitutionnelle de suspendre son arrêt historique qui a invalidé la réélection de Peter Mutharika, selon des documents judiciaires.

La présidente de la commission électorale, Jane Ansah, a réclamé une ordonnance «suspendant la mise en oeuvre du jugement de la Cour constitutionnelle» qu'elle accuse d'avoir «outrepassé ses droits». Lundi, la Cour a annulé l'élection présidentielle du 21 mai 2019, la jugeant «indûment» remportée par Peter Mutharika à la suite d'«irrégularités systématiques et graves».

Nouveau scrutin ordonné

Elle a ordonné l'organisation d'un nouveau scrutin dans un délai de 150 jours ainsi que l'adoption d'un texte exigeant que le président soit élu à la majorité absolue, et non plus à la majorité relative.

Peter Mutharika, au pouvoir depuis 2014, avait été réélu avec 38,5% des voix, soit 159'000 voix d'avance seulement sur le chef de l'opposition Lazarus Chakwera, qui avait dénoncé des fraudes et saisi la justice.

La Cour a aussi ordonné une enquête sur «la compétence et la conduite» des sept membres et du personnel de la commission électorale, une décision qualifiée vendredi d'«abus de pouvoir» par Jane Ansah.

Menace de nouvelles manifestations

Ensuite, des militants qui avaient organisé des manifestations de protestation contre les résultats de la présidentielle ont menacé d'en organiser une nouvelle série si la commission électorale ne démissionne pas.

Ce sera «la plus grosse, la mère de toutes les manifestations au Malawi», a averti vendredi Gift Trapence, vice-président de l'organisation Human Rights Defenders Coalition (HRDC), au cours d'une conférence de presse à Lilongwe.

Il a ajouté que les protestataires «fermeraient» les bureaux de la Commission électorale. «Cette fois-ci, nous sommes prêts à faire même des veilles au domicile» des membres de la Commission, a-t-il ajouté.

Les invalidations d'élection sont rarissimes en Afrique. En 2017, la Cour suprême du Kenya avait invalidé pour «irrégularités» la réélection du président Uhuru Kenyatta et ordonné l'organisation d'un nouveau scrutin dans les deux mois, une première sur le continent. Au final, Uhuru Kenyatta avait été réélu au cours d'un scrutin boycotté par l'opposition. (ats/nxp)

Créé: 07.02.2020, 22h41

Articles en relation

Le président du Malawi compte se porter candidat

Présidentielle annulée Après l'annulation par la justice de sa réélection en mai, Peter Mutharika a annoncé vouloir prendre part au nouveau scrutin. Plus...

L'annulation de la présidentielle fêtée par l'opposition

Malawi Le président sortant du Malawi, Peter Mutharika, a annoncé lui son intention de faire appel de l'annulation de cette élection. Plus...

Présidentielle de 2019 annulée au Malawi

Afrique australe Peter Mutharika, au pouvoir depuis 2014, avait été réélu l'an dernier. La Cour constitutionnelle du Malawi a invalidé le scrutin et a ordonné une nouvelle élection. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.