Le président du Sri Lanka prolonge l'état d'urgence

TerrorismeLes autorités sri-lankaises n'ont pas expliqué immédiatement pourquoi le président avait changé d'avis et prolongé l'état d'urgence.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le président du Sri Lanka a prolongé samedi, contrairement à ce qu'il avait annoncé auparavant, l'état d'urgence proclamé après les attentats djihadistes de Pâques. Ils avaient fait 258 morts et près de 500 blessés.

Dans un décret, le président Maithripala Sirisena a déclaré qu'il considérait qu'il y avait toujours «une urgence publique» dans le pays et qu'il prolongeait en conséquence les mesures d'exception prises à la suite des attentats. Ces mesures qui élargissent les pouvoirs de la police et des forces de sécurité pour l'arrestation et la détention de suspects auraient dû prendre fin ce samedi.

Un peu plus de 100 personnes, dont dix femmes, sont actuellement en détention en relation avec les attentats suicide commis le samedi de Pâques contre trois églises et trois hôtels de luxe de Colombo.

Fin mai, M. Sirisena avait déclaré à des diplomates représentant l'Australie, le Canada, le Japon, les Etats-Unis et des pays européens que la situation en termes de sécurité était «revenue à 99% à la normale» et qu'il allait lever les mesures d'urgence au 22 juin.

Le président avait aussi dit à ces diplomates que les forces de sécurité avaient arrêté ou tué toutes les personnes qui étaient directement impliquées dans les attentats, attribués à un groupe djihadiste local et revendiqués par l'organisation Etat islamique.

Enquêtes ouvertes

Les autorités n'ont pas expliqué immédiatement pourquoi le président avait changé d'avis et prolongé l'état d'urgence. Au Sri Lanka, l'état d'urgence est instauré pour une durée d'un mois à la fois, et le parlement doit ratifier la mesure dans les dix jours.

Par ailleurs, la police a annoncé que des enquêtes avaient été ouvertes contre plusieurs de ses responsables, dont l'inspecteur général, pour négligence avant les attentats. M. Sirisena a lui-même été critiqué pour ne pas avoir agi sur la base de renseignements précis fournis par l'Inde et selon lesquels des djihadistes étaient sur le point de frapper des églises et d'autres objectifs au Sri Lanka.

Le président, qui est aussi ministre de l'Intérieur et ministre de la Loi et de l'Ordre, s'est vu reprocher par une commission d'enquête parlementaire de ne pas avoir suivi les protocoles concernant la sécurité nationale.

Le Sri Lanka, un pays de 21 millions d'habitants majoritairement bouddhistes, était sur le point de célébrer le dixième anniversaire de la fin du conflit avec les séparatistes tamouls lorsque les attentats ont eu lieu. (ats/nxp)

Créé: 22.06.2019, 10h29

Articles en relation

Un suspect des attentats du 21 avril a été arrêté

Sri Lanka Interpol annonce l'arrestation d'un des principaux suspects des attentats du 21 avril au Sri Lanka. Plus...

Prières un mois après les attentats de Pâques

Sri Lanka Le recueillement coïncide avec la réouverture partielle d'établissements scolaires catholiques qui étaient restés fermés depuis les attentats. Plus...

Couvre-feu rétabli au Sri Lanka

Emeutes Après des émeutes antimusulmanes qui ont fait un mort, le pays a rétabli le couvre-feu mardi. Plus...

Un musulman lynché au Sri Lanka

Asie Un commerçant est mort lynché au cours de violences antimusulmanes au Sri Lanka. Plus...

Le Sri Lanka bloque les réseaux sociaux

Internet Des violences antimusulmanes ont éclaté dans plusieurs villes du Sri Lanka en réaction à un commentaire posté sur Facebook par un commerçant musulman. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.