Bernie Sanders, le perdant qui a remporté son pari

Etats-Unis Le sénateur du Vermont a tout misé sur la primaire de ce mardi en Californie pour tenter de faire obstacle à sa rivale Hillary Clinton.

Le tenace sénateur du Vermont Bernie Sanders refuse de n’être plus qu’un astérisque dans cette campagne pour l’investiture démocrate à l’élection présidentielle.

Le tenace sénateur du Vermont Bernie Sanders refuse de n’être plus qu’un astérisque dans cette campagne pour l’investiture démocrate à l’élection présidentielle. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Hillary Clinton s’est efforcée ces dernières semaines de tourner la page Bernie Sanders pour se concentrer sur Donald Trump. Mais le tenace sénateur du Vermont refuse de n’être plus qu’un astérisque dans cette campagne pour l’investiture démocrate à l’élection présidentielle. Et a, une nouvelle fois, forcé le camp de l’ancienne secrétaire d’Etat à utiliser l’infatigable Bill Clinton comme bouclier.

Dimanche à Los Angeles, l’ex-président n’a pas caché son agacement vis-à-vis des supporters de Bernie qui ont perturbé l’un de ses meetings en faveur de son épouse. «Je ne veux pas me battre, mais si j’étais eux, je crierais aussi, a lancé Bill Clinton à propos des manifestants. Parce que si vous l’avez compris, ils seront foutus le jour du vote. Alors qu’ils s’amusent.»

Bernie Sanders a tout misé sur la Californie qui vote ce mardi avec le New Jersey, le Montana et le Dakota du Nord et du Sud. Le sénateur socialiste du Vermont, 74 ans, tente un ultime coup d’éclat pour obtenir un maximum de concessions de la part de son adversaire dans l’élaboration du programme politique démocrate pour la Maison-Blanche.

Message fort

Il n’a pas quitté la Californie depuis le 21 mai et y a multiplié les meetings. Il y a imposé son message selon lequel l’économie américaine est biaisée en faveur du 1% des Américains les plus riches et a forcé Hillary Clinton à défendre un Etat qui lui semblait acquis. Il y a une année, l’ancienne secrétaire d’Etat y recueillait 66% des intentions de vote contre 9% pour Sanders. Aujourd’hui, l’écart n’est plus que de 2 points.

Hillary Clinton pourrait néanmoins passer la barre des 2383 délégués nécessaires pour l’investiture démocrate en remportant la primaire du New Jersey ce mardi soir et pourrait proclamer sa victoire trois heures avant la fermeture des bureaux de vote en Californie. Bernie Sanders en est conscient, mais l’essentiel semble ailleurs pour lui: «Vous avez le pouvoir de choisir une nouvelle voie pour le Parti démocrate», lance le sénateur du Vermont aux Californiens dans le spot publicitaire conçu pour eux.

Au moment d’entrer dans la course à la présidentielle le 30 avril 2015, Bernie Sanders savait qu’il n’avait guère de chances d’être élu. Hillary Clinton le devançait de 60 points dans les sondages.

A l’époque, son but était de tirer l’ancienne secrétaire d’Etat et le Parti démocrate vers la gauche pour les forcer à envisager notamment la gratuité des universités publiques, la hausse du salaire minimum et un programme d’assurance-maladie pour tous. Mais les difficultés de Hillary Clinton provoquées par son utilisation d’un serveur privé pour ses communications électroniques quand elle était secrétaire d’Etat ont terni son image au moment où Bernie électrifiait les foules avec son message populiste.

Réhabilitation du socialisme

Jusqu’à sa large défaite dans l’Etat de New York le 19 avril, Bernie Sanders avait une chance réelle de décrocher l’investiture démocrate. Hillary Clinton aborde cette dernière grosse journée électorale en sachant qu’il ne lui manque plus qu’une trentaine de délégués pour l’emporter. Et elle mène de 9 points auprès des Californiens qui ont déjà voté par correspondance.

Mais, même s’il perd aujourd’hui, Bernie Sanders peut se targuer d’avoir gagné son pari. Il a réhabilité le socialisme aux Etats-Unis et a rajeuni l’électorat démocrate. Lors des trois premiers mois de l’année, 850 000 nouveaux électeurs se sont inscrits en Californie, soit deux fois plus que lors de la présidentielle de 2012. Et la plupart sont jeunes et latinos. Bernie Sanders a aussi fait mouche en critiquant les accords de libre-échange. Et il devrait obtenir à la convention démocrate de Philadelphie le mois prochain un changement des règles des primaires pour réduire l’influence des cadres et des élus du Parti démocrate dans le processus d’investiture.

Créé: 07.06.2016, 09h34

Articles en relation

Après Porto Rico, Hillary proche de l'investiture

Primaires américaines La candidate démocrate donnée gagnante à Porto Rico compte remporter une victoire hautement symbolique en Californie. Plus...

Californie: Sprint final pour Sanders et Clinton

Primaires démocrates Hillary Clinton est légèrement favorité pour la primaire de mardi. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.