Passer au contenu principal

Présidentielle américaineClinton et Sanders échangent des piques avant l'Iowa

Les candidats démocrates ont répondu tour à tour aux questions du public présent lors d'un événement diffusé par CNN.

Le sénateur Bernie Sanders a largement battu Hillary Clinton lors du caucus démocrate à Hawaï, ont rapporté dimanche les médias américains. Il avait déjà remporté samedi les primaires démocrates en Alaska et dans l'Etat de Washington, ce qui lui permet de réduire un peu son écart dans la course à l'investiture. (27 mars 2016)
Le sénateur Bernie Sanders a largement battu Hillary Clinton lors du caucus démocrate à Hawaï, ont rapporté dimanche les médias américains. Il avait déjà remporté samedi les primaires démocrates en Alaska et dans l'Etat de Washington, ce qui lui permet de réduire un peu son écart dans la course à l'investiture. (27 mars 2016)
Reuters
Les deux candidats démocrates Hillary Clinton et Bernie Sanders se sont retrouvés à Flint pour le septième débat organisé par CNN. (7 mars 2016).
Les deux candidats démocrates Hillary Clinton et Bernie Sanders se sont retrouvés à Flint pour le septième débat organisé par CNN. (7 mars 2016).
Keystone
Juriste et professeur de droit à Harvard, Lawrence Lessig est souvent présenté comme le «candidat du web». Spécialiste de la question numérique, il souhaite changer la notion de copyright et de la propriété intellectuelle sur Internet. Il s'est retiré de la primaire en novembre 2015.
Juriste et professeur de droit à Harvard, Lawrence Lessig est souvent présenté comme le «candidat du web». Spécialiste de la question numérique, il souhaite changer la notion de copyright et de la propriété intellectuelle sur Internet. Il s'est retiré de la primaire en novembre 2015.
Brian Snyder, Reuters
1 / 6

Hillary Clinton et Bernie Sanders se sont adressé lundi des piques indirectes à une semaine du vote dans l'Iowa, qui lancera le processus de désignation du candidat démocrate à l'élection présidentielle de novembre aux Etats-Unis. Chaque candidat était interrogé tour à tour par des citoyens.

Bernie Sanders a lancé la première salve, en affirmant que sa capacité de jugement, et non l'expérience de son adversaire, était la qualité essentielle pour diriger les Etats-Unis.

Le sénateur du Vermont a notamment rappelé le vote de Hillary Clinton en 2002 au Sénat en faveur de la guerre en Irak, ainsi que son soutien passé au projet d'oléoduc Keystone entre le Canada et le Texas, deux dossiers dans lesquels l'ancienne secrétaire d'Etat a changé d'avis contrairement à lui-même. «L'expérience, c'est important, mais la capacité de jugement, c'est aussi important», a expliqué Bernie Sanders.

«c'est une campagne difficile»

Très énergique et volontariste, Hillary Clinton a pris acte des sondages qui montrent que le sénateur du Vermont fait quasiment jeu égal avec elle dans l'Iowa, où elle avait enregistré sa première défaite aux primaires de 2008 contre Barack Obama.

«C'est une campagne difficile, c'est normal», a reconnu la candidate. «C'est le travail le plus dur du monde. On choisit un président et un commandant en chef».

Elle a affirmé que, si les objectifs avancés par son adversaire en matière notamment de réduction des inégalités sont louables, certains sont tout simplement inaccessibles. Elle juge en outre que Bernie Sanders manque d'expérience pour affronter la diversité des problèmes auxquels est confronté un président américain.

Donald Trump incertain

L'événement organisé par CNN à l'université Drake n'était pas à proprement parler un débat. Chaque candidat s'est présenté successivement devant l'auditoire pour répondre à ses questions, y compris Martin O'Malley, le troisième candidat démocrate largement distancé dans les sondages.

Dans le camp républicain, Donald Trump a déclaré lundi ne pas être certain de participer jeudi au débat coorganisé par Fox News en raison de ses doutes sur l'impartialité de la présentatrice. Après un précédent débat en août, il avait accusé la journaliste d'avoir cherché à le mettre plus en difficulté que les autres candidats.

Selon ses détracteurs, Donald Trump avait en outre laissé entendre que Megyn Kelly avait ses règles, ce qui lui a valu de vives critiques. La journaliste avait répondu que poser des questions délicates faisait partie de son métier.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.