L'EI revendique l'attaque dans une église

FranceDeux terroristes se réclamant de Daech ont été abattus après une prise d'otage dans une église près de Rouen. Un otage, le prêtre, a été égorgé.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le curé de Saint-Etienne-du-Rouvray, près de Rouen, a été tué mardi matin lors d'une prise d'otages dans son église. Un autre otage est entre la vie et la mort, selon le ministère de l'Intérieur. La section antiterroriste du parquet de Paris s'est saisie de l'enquête, a indiqué le parquet.

Le groupe Etat islamique (EI) a affirmé que l'attaque avait été exécutée par deux de ses «soldats», selon l'agence Amaq, un organe de propagande du groupe djihadiste. Les auteurs de l'attaque «répondaient aux appels à prendre pour cible les pays de la coalition» internationale qui combat l'EI en Irak et en Syrie, d'après Amaq.

Les deux assaillants sont arrivés dans l'église de Saint-Etienne-du-Rouvray, à l'heure de la messe matinale, vers 09h30. Ils ont pris en otages cinq personnes qui se trouvaient à l'intérieur, ont tué le prêtre et grièvement blessé une autre personne. En sortant de l'église, ils se sont retrouvés face à face avec des hommes de la Brigade de recherche et d'intervention (BRI) de Rouen qui les ont tués.

Le Raid, unité d'élite de la police nationale, menait en fin de matinée des opérations pour s'assurer que rien n'a été piégé et qu'aucun dispositif explosif n'avait été placé à l'intérieur ou autour de l'édifice.

Ignoble attentat

Le président François Hollande a qualifié mardi le drame «d'ignoble attentat terroriste», selon un communiqué de l'Elysée. Le prêtre a été tué par «deux terroristes se réclamant de Daech», a déclaré sur place le président François Hollande.

Le chef de l'Etat a indiqué devant la presse avoir rencontré le maire de cette commune, Hubert Wulfranc (PCF), «terriblement éprouvé par le lâche assassinat du prêtre de la paroisse par deux terroristes se réclamant de Daech (acronyme arabe du groupe Etat islamique)».

Selon le ministère de l'Intérieur, trois otages ont pu être libérés et sont sortis sains et saufs de cette église dans la banlieue de Rouen.

Vatican horrifié

Cette attaque survient aussi le jour de l'ouverture à Cracovie (Pologne) des Journées mondiales de la jeunesse, grand rassemblement catholique auquel doit participer le pape François. Le pape François s'associe «à la douleur et à l'horreur» et «condamne de la manière la plus radicale» cette attaque, selon un communiqué du Vatican qui évoque «un meurtre barbare». «Nous sommes particulièrement frappés parce que cette violence horrible est intervenue dans une église, un lieu sacré où s'annonce l'amour de Dieu, avec le meurtre barbare d'un prêtre et des fidèles touchés», a expliqué le Vatican.

«De Cracovie, j'apprends la tuerie advenue ce matin à l'église de Saint-Etienne-du-Rouvray. Elle fait trois victimes: le prêtre, Jacques Hamel, le père Jacques Hamel, 84 ans, et les auteurs de l'assassinat», a écrit l'archevêque de Rouen, Dominique Lebrun.

«Je crie vers Dieu, avec tous les hommes de bonne volonté. J'ose inviter les non-croyants à s'unir à ce cri», ajoute le prélat, qui précise qu'il sera «dès ce soir dans mon diocèse auprès des familles et de la communauté paroissiale très choquée». «L'Eglise catholique ne peut prendre d'autres armes que la prière et la fraternité entre les hommes», conclut-il.

Juste après Nice

Cette prise d'otages intervient douze jours après l'attaque au camion menée le soir du 14 juillet sur la Promenade des Anglais à Nice, qui a fait 84 morts et plus de 300 blessés, revendiquée par l'organisation djihadiste, Etat islamique (EI).

Le président François Hollande et le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve ont annoncé qu'ils se rendaient sur les lieux.

«La France entière et tous les catholiques sont meurtris», «nous ferons bloc» face à cette «attaque barbare», a tweeté le Premier ministre Manuel Valls.

Eglise déjà visée

La menace d'une attaque contre un lieu de culte chrétien plane ces derniers mois en France, notamment depuis l'échec d'un projet d'attentat en avril 2015 contre une église catholique de Villejuif (Val-de-Marne).

Un étudiant algérien de 24 ans est soupçonné d'avoir voulu prendre pour cible cette église, et peut-être d'autres lieux de culte catholiques en région parisienne, et d'avoir tué sur son passage une professeure de fitness, Aurélie Châtelain. L'homme avait été arrêté avant qu'il puisse mettre son projet à exécution.

Saint-Étienne-du-Rouvray

(nxp)

Créé: 26.07.2016, 13h54

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 18 septembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...