La prison est bien adaptée à la maladie de Ramadan

FranceLes défenseurs de l'islamologue invoquaient son état de santé pour le sortir de prison. Une expertise judiciaire rend cette option visiblement impossible.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'intellectuel musulman Tariq Ramadan, écroué depuis février près de Paris pour des accusations de viols, souffre d'une sclérose en plaques mais son traitement médical «n'est pas incompatible avec la détention», selon une expertise judiciaire rendue mercredi, a appris l'AFP de sources concordantes.

Le théologien de 55 ans à la nationalité suisse et égyptienne, qui avait invoqué sans succès son état de santé pour être libéré, «souffre d'une sclérose en plaques depuis 2006, diagnostic considéré comme certain», concluent les médecins.

Les experts «insistent sur le fait que Tariq Ramadan, s'il restait en détention, devra continuer à bénéficier de l'accès aux soins», notamment de ses quatre séances de kinésithérapie hebdomadaire.

Tariq Ramadan, qui conteste les accusations portées par deux femmes contre lui, est écroué à la prison de Fleury-Mérogis, près de Paris, depuis son inculpation, le 2 février, pour viol et viol sur personne vulnérable.

Disant souffrir d'une sclérose en plaques et d'une neuropathie, il avait contesté son incarcération, mais une première expertise judiciaire rapide n'avait pas confirmé ces diagnostics médicaux. La cour d'appel de Paris avait alors confirmé le 22 février son placement en détention provisoire, au grand dam de ses soutiens.

Selon le rapport déposé mercredi auprès des juges d'instruction, le diagnostic de la sclérose en plaques a été confirmé à Paris «en mars 2018 à l'hôpital de la Salpêtrière par deux neurologues d'une compétence reconnue».

Selon eux, en revanche, aucun argument «ne permet de retenir le diagnostic de neuropathie périphérique des membres inférieurs».

Début mars, une troisième femme a porté plainte contre lui, affirmant avoir subi de multiples viols entre 2013 et 2014 en France, à Bruxelles et à Londres. Les trois plaignantes ont décrit des rapports sexuels d'une grande violence et pratiqués sous la contrainte.

La détention de ce petit-fils du fondateur de la confrérie islamiste des Frères musulmans, l'une des rares figures médiatiques de l'islam européen, a suscité un vif émoi au sein de la communauté musulmane en France. (afp/nxp)

Créé: 18.04.2018, 21h14

Articles en relation

Une plaignante de Ramadan est «à bout»

France Henda Ayari est la première femme à avoir porté plainte contre l'islamologue. Victime de déprédations et de vols, elle est persuadée qu'elle est surveillée et en vient à regretter sa plainte. Plus...

La grand-messe de l'Islam de France sans Tariq Ramadan

Religion Le Matin Dimanche Pendant des années, l’Islamologue suisse a été l’invité vedette de la Rencontre des musulmans de France qui se tient au Bourget. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.