Passer au contenu principal

TurquieEn prison, il tient un «meeting téléphonique»

Le candidat prokurde pour la présidentielle en Turquie, actuellement incarcéré pour «terrorisme», reste très actif politiquement depuis sa cellule grâce à sa femme.

Selahattin Demirtas se dit être un otage politique».
Selahattin Demirtas se dit être un otage politique».
AFP

Un discours de campagne enregistré lors d'une conversation téléphonique avec sa femme depuis la prison: écroué depuis 2016, le candidat prokurde à la présidentielle en Turquie a tenu mercredi un «meeting» inédit sur les réseaux sociaux.

Selahattin Demirtas, chef de file du Parti démocratique des peuples (HDP), a été arrêté en novembre 2016 pour activités «terroristes», accusation qu'il rejette fermement, dénonçant une affaire politique.

L'allocution de Selahattin Demirtas a été prononcée depuis la prison où il est enfermé à Edirne (nord-ouest) lors d'une conversation téléphonique avec son épouse, Basak Demirtas, dans le cadre de l'appel hebdomadaire auquel il a le droit.

Enregistré dans le salon de leur domicile familial à Diyarbakir (sud-est), le discours, audible à travers le haut-parleur du téléphone de Mme Demirtas, a ensuite été posté sur les comptes du HDP sur les réseaux sociaux.

«Otage politique»

Dans cette allocution d'environ cinq minutes, Selahattin Demirtas dénonce d'une voix grésillante l'«injustice» qui, dit-il, s'est renforcée en Turquie sous la férule du président Recep Tayyip Erdogan dont il a un temps été le plus féroce opposant.

«La Turquie a hélas été transformée en une prison semi-ouverte. Ils cherchent à créer une société de la peur, à régner par la peur», déclare M. Demirtas, qui commence son allocution en se qualifiant d'«otage politique».

Mais en dépit de sa situation, le dirigeant prokurde exhorte ses troupes à être optimistes : «Demirtas, ce n'est pas l'homme qui est dans une cellule à Edirne. C'est vous. Ayez confiance en vous», déclare-t-il.

Selahattin Demirtas trouve aussi le moyen de plaisanter. En réponse à son épouse qui demande de ses nouvelles, il répond : «Je me sens chanceux, car je suis le seul candidat qui peut faire campagne auprès de sa femme au téléphone».

L'incarcération de M. Demirtas a compliqué sa campagne, ignorée en outre par les médias traditionnels de plus en plus contrôlés par le gouvernement en Turquie.

Depuis sa cellule dans la prison d'Edirne, Selahattin Demirtas tweete quasi-quotidiennement par l'intermédiaire de ses avocats, alternant messages politiques, commentaires sur l'actualité et traits d'humour.

Vendredi, Selahattin Demirtas doit répondre via les réseaux sociaux aux questions qui auront été préalablement posées par des internautes.

AFP

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.