Le Hamas et le Fatah ont trouvé un accord au Caire

Proche-OrientLe président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas se rendra d'ici un mois dans la bande de Gaza, contrôlée par le Hamas.

L'Egypte manoeuvre pour que les factions palestiniennes trouvent un terrain d'entente.

L'Egypte manoeuvre pour que les factions palestiniennes trouvent un terrain d'entente. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le mouvement islamiste Hamas et son rival palestinien du Fatah ont annoncé jeudi un premier accord sur les termes concrets de leur réconciliation après une décennie de déchirements dévastateurs, et doivent en dévoiler les termes en milieu de journée au Caire.

Dans ce qui serait une manifestation spectaculaire de ce rapprochement, le président palestinien Mahmoud Abbas se rendra à Gaza «dans moins d'un mois», a déclaré à l'AFP Zakaria al-Agha, chef du parti Fatah de M. Abbas dans la bande de Gaza. Ce serait la première visite de M. Abbas dans la bande de Gaza depuis 2007.

Autre avancée de la réconciliation, M. Abbas devrait lever «très bientôt» les mesures financières prises en 2017 pour forcer le Hamas à la conciliation, a-t-il dit.

Le président Mahmoud Abbas a salué jeudi l'accord de réconciliation dont les partis palestiniens doivent dévoiler les termes au Caire, y voyant «l'accord final pour mettre fin aux divisions».

«Je salue l'accord du Caire, et je donne pour instruction à la délégation (dans la capitale égyptienne) de le signer immédiatement», a dit M. Abbas à l'AFP au téléphone. Il a indiqué avoir reçu un compte rendu détaillé des négociations au Caire et y voir «l'accord final pour mettre fin aux divisions».

Deux entités séparées

Peu auparavant, le Hamas avait annoncé dans un communiqué qu'un «accord (avait) été trouvé aujourd'hui entre le Hamas et le Fatah sous parrainage égyptien».

Le contenu de l'accord n'a pas été dévoilé. Mais une conférence de presse est prévue dans la capitale égyptienne en milieu de journée, a dit à l'AFP Fayez Abou Eita, un porte-parole du Fatah et membre de la délégation de son parti au Caire.

Le Hamas et son concurrent laïc et modéré du Fatah ont engagé mardi des tractations entourées du plus grand secret au Caire pour concrétiser une réconciliation annoncée en grande pompe la semaine précédente.

Les pourparlers sont censés porter sur les modalités pratiques du rapprochement entre les deux partis, à couteaux tirés il y a encore quelques semaines.

Outre les détails de l'accord, on ignore sa portée. Des questions aussi épineuses que le contrôle de la sécurité dans la bande de Gaza et le sort des 25'000 hommes du bras armé du Hamas risquaient d'être remises à plus tard.

Les deux parties ont déjà signalé que parachever la réconciliation prendrait du temps. Les dispositions tangibles d'un partage de pouvoirs sont annoncées comme extrêmement ardues tant les intérêts des uns et des autres semblent contradictoires.

Le Hamas gouverne la bande de Gaza sans partage depuis qu'il en a évincé l'Autorité palestinienne présidée par M. Abbas au prix d'une quasi-guerre civile avec le Fatah en 2007.

L'Autorité, entité internationalement reconnue supposée préfigurer un Etat palestinien indépendant, est dominée par le Fatah laïc et modéré. Elle n'exerce plus son pouvoir, limité, que sur la Cisjordanie, occupée par Israël et distante de Gaza de quelques dizaines de kilomètres.

L'expérience Hezbollah

Sous pression, le Hamas a accepté en septembre le retour à Gaza de l'Autorité et de son gouvernement. Le raccommodement a été matérialisé la semaine passée avec le premier conseil des ministres se tenant à Gaza depuis 2014.

L'enjeu, considérable, est double. Le plus immédiat est le sort des deux millions de Gazaouis, éprouvés par trois guerres avec Israël depuis 2008, les blocus israélien et égyptien, la pauvreté, le chômage et les pénuries d'eau et d'électricité.

Au-delà, les divisions palestiniennes sont considérées comme un des principaux obstacles au règlement du conflit israélo-palestinien.

La légitimité du président Abbas, interlocuteur d'Israël et de la communauté internationale, est sapée par le fait que le Hamas, considéré comme terroriste par Israël, les Etats-Unis ou l'Union européenne et comme infréquentable par plusieurs pays arabes, préside actuellement aux destinées de deux cinquièmes des Palestiniens des Territoires.

Le Hamas attend la levée des mesures financières prises par le président Abbas pour le faire fléchir, comme l'arrêt du paiement de la facture d'électricité gazaouie à Israël. «On reviendra dessus quand le gouvernement sera en mesure d'assumer ses responsabilités», avait dit M. Abbas la semaine passée.

Evoquant l'éventualité que le Hamas reste en charge de la sécurité à Gaza, M. Abbas a aussi prévenu qu'il n'accepterait pas «qu'on clone l'expérience du Hezbollah au Liban». Le Hamas a signifié de son côté que la question de ses armes n'était pas négociable. Les parties doivent aussi régler le sort de dizaines de milliers de fonctionnaires recrutés depuis 2007 par le Hamas.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a prévenu que son pays n'accepterait de traiter avec un gouvernement parlant au nom de toutes les factions palestiniennes que si le Hamas démantèle son bras armé, rompt avec l'Iran et reconnaît Israël. Des conditions a priori impossibles à satisfaire pour le Hamas. (afp/nxp)

Créé: 12.10.2017, 12h24

Galerie photo

Le bras de fer continue entre Israéliens et Palestiniens

Le bras de fer continue entre Israéliens et Palestiniens La situation semble figée entre Israéliens et Palestiniens. Un accord politique sur la résolution du conflit semble plus éloignée que jamais

Articles en relation

Israël bombarde une position du Hamas à Gaza

Proche-Orient Tsahal a détruit un avant-poste du Hamas dimanche dans le sud de la bande de Gaza après le tir d'un projectile vers Israël. Plus...

Le Hamas prêt à se réconcilier avec le Fatah

Palestine Le Hamas s'est dit, dimanche, ouvert à l'option d'un gouvernement de réconciliation avec son rival. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

La mort, lundi, dans l'explosion de sa voiture, de la journaliste maltaise Daphne Caruana Galizia a provoqué une immense émotion en Europe. Le fils de la victime a accusé le gouvernement de complicité.
(Image: Bénédicte) Plus...