Bébé palestinien mort brûlé: des suspects arrêtés

IsraëlLes autorités israéliennes ont confirmé jeudi l'arrestation de certains des auteurs présumés d'un incendie meurtrier survenu en juillet en Cisjordanie.

Ali, 18 mois, est mort dans l'incendie de sa maison. Ses parents ont succombé à leurs blessures à l'hôpital.

Ali, 18 mois, est mort dans l'incendie de sa maison. Ses parents ont succombé à leurs blessures à l'hôpital. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Certains des auteurs présumés d'un incendie dans lequel sont morts un couple de Palestiniens et leur bébé sont en détention, a déclaré jeudi le ministre israélien de la Défense Moshé Yaalon. C'est la première fois qu'un haut responsable reconnaît aussi clairement que des suspects de cet incendie perpétré le 31 juillet ont été identifiés et arrêtés.

«Les auteurs de l'attentat de Douma sont connus des services de sécurité israéliens et certains sont sous les verrous», a dit le ministre à des journalistes israéliens. «Nous n'avons pas déposé d'actes d'inculpation pour le moment pour ne pas dévoiler nos sources, mais nous poursuivons nos efforts pour les traduire en justice», a-t-il ajouté.

Un bébé palestinien de 18 mois est mort brûlé vif lorsque des individus masqués ont lancé des engins incendiaires à travers les fenêtres ouvertes de la maison familiale de Douma, en Cisjordanie occupée, selon les enquêteurs.

Son père a succombé à ses blessures huit jours plus tard. La mère de l'enfant est morte lundi. Sur les quatre personnes de la famille, seul un enfant de 4 ans a survécu, grièvement brûlé. La polémique a rebondi sur le fait que les autorités n'avaient toujours pas identifié publiquement les responsables, plus d'un mois après l'attaque.

Détention administrative

«Nous sommes convaincus que l'attentat a été perpétré par des juifs appartenant à un groupe très extrémiste... Les mesures prises jusqu'à présent, notamment les détentions administratives, visent à prévenir un nouvel attentat», a encore dit M. Yaalon.

Le ministre n'a pas divulgué l'identité des suspects. Il n'a pas précisé si et lesquels des trois extrémistes juifs actuellement en détention administrative (Meïr Ettinger, Mordechai Meyer et Eviatar Slonim) comptaient au nombre des suspects.

Lors de leur interpellation, les services de sécurité se sont contentés publiquement de les associer à des organisations ou des actes terroristes, sans donner plus de précisions. La détention administrative est un régime extrajudiciaire controversé permettant de détenir quelqu'un pendant une durée illimitée sans l'inculper.

Colère et crainte

Dix autres personnes ont été assignées à résidence dans les semaines qui ont suivi l'incendie. Des inscriptions retrouvées à Douma et des témoignages ont immédiatement désigné comme responsables des extrémistes juifs, peut-être venus des colonies voisines.

L'incendie criminel qui a coûté la vie au nourrisson a suscité colère et crainte en Cisjordanie, où la cohabitation entre Palestiniens et colons reste très tendue. Il a aussi soulevé une vive indignation à l'étranger. (ats/nxp)

Créé: 10.09.2015, 19h05

Articles en relation

La mère du bébé brûlé vif succombe à son tour

Palestine Riham Dawabcheh, la mère d'Ali Dawabcheh, un bébé palestinien de 18 mois brûlé vif dans l'incendie de leur maison imputé à des extrémistes juifs, a succombé à ses blessures. Plus...

Le père du bébé palestinien brûlé vif succombe à ses blessures

Proche-Orient Saad Dawabcheh, le père du bébé palestinien brûlé vif dans l'incendie de leur maison par des extrémistes juifs, a succombé samedi à ses blessures. La mère est elle entre la vie et la mort. Plus...

Un bébé brûlé vif dans une attaque d'extrémistes israéliens

Cisjordanie Des milliers de manifestants ont réclamé «vengeance» à Gaza et en Cisjordanie. Benjamin Netanyahu s'est entretenu avec Mahmoud Abbas. Plus...

Galerie photo

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.