Les cerfs-volants incendiaires des ados de Gaza mettent les Israéliens à cran

Proche-OrientLa nouvelle arme des jeunes Palestiniens exaspère la population israélienne et tient Tsahal en échec.

Des cerfs-volants faits de bric et de broc munis de cocktails Molotov: une tactique low cost qui semble fonctionner.

Des cerfs-volants faits de bric et de broc munis de cocktails Molotov: une tactique low cost qui semble fonctionner. Image: AFP PHOTO

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Impensable. Qui aurait imaginé que des gamins munis de simples cerfs-volants puissent tenir en échec l’une des armées les plus puissantes et les plus sophistiquées au monde? En moins de trois mois, ces jouets détournés de leur fonction ludique – et indétectables par Tsahal – n’ont pas fait de blessés, mais les dégâts sont considérables. Portés par le vent, ces engins incendiaires ont réduit en cendre quelque 2500 hectares de terres agricoles frontalières avec la bande de Gaza sous blocus depuis 2007. Pour la seule journée de mardi, les pompiers israéliens ont dû faire face à plus de vingt incendies provoqués par cette nouvelle arme qui exaspère la population et plonge les autorités de l’État hébreu dans l’embarras.

Contre les institutions

«Ce mouvement spontané de la jeunesse de Gaza s’inscrit dans la continuité de la «Grande marche du retour», qui a commencé par des manifestations hebdomadaires à la fin de mars et qui a conduit à la mort de plus de 130 Palestiniens et en a blessé 7000 autres», explique Leïla Shahid, ancienne ambassadrice de la Palestine auprès de l’Union européenne. «Contrairement à ce que prétend Israël, cette initiative n’a rien à voir avec le Hamas ou avec le Fatah. Au contraire, cette révolte issue de la société civile est dirigée contre ce que j’appelle les institutions classiques des Palestiniens.»

Septante ans après la Nakba – qui désigne le déplacement forcé de 700 000 Palestiniens à la création de l’État d’Israël en 1948, «il y a une saturation au sein de la population de Gaza qui est la plus affectée par l’occupation militaire israélienne», poursuit l’ex-diplomate, pour qui le message de ces jeunes est clair. «Ils ne croient plus dans la soi-disant lutte armée du Hamas qui envoie des roquettes artisanales sur de malheureux habitants de Sderot ni dans les discours de l’Autorité palestinienne qui a promis monts et merveilles, mais qui n’a pas mis les pieds à Gaza depuis onze ans.» En 1948, le premier ministre israélien Ben Gourion disait à propos des réfugiés: «Les vieux mourront et les jeunes oublieront», rappelle Leïla Shahid. Aujourd’hui, ces jeunes disent: «Nos parents sont morts, mais nous, on n’a pas oublié». Ils auraient pu prendre les armes – très facile à trouver à Gaza – ils ont choisi une nouvelle stratégie non violente en organisant ces manifestations massives pendant deux mois.

L’arme du pauvre

«Le bilan des victimes de ce mouvement de résistance a suscité un débat parmi les organisateurs. Certains ont estimé que face aux tirs aveugles de l’armée israélienne, il fallait réagir davantage. Ils se sont donc mis à trafiquer ce jouet, le seul accessible à la population parce qu’il ne coûte rien. Ces cerfs-volants sont confectionnés avec du nylon habituellement utilisé pour les serres et l’armature est façonnée avec des bambous ramassés au bord de la route. Ensuite, ils accrochent les photos et les noms de leurs camarades tués dans les manifestations et attachent un chiffon imbibé d’essence qu’ils allument avant de les lâcher dans le ciel. Le vent fait le reste. C’est leur façon de dire aux Israéliens que rien ne les empêchera d’inventer de nouvelles méthodes pour résister. Ce message s’adresse aussi à la communauté internationale et aux pays arabes qui prétendent négocier un accord de paix dans le conflit israélo-palestinien», ajoute l’ex-déléguée générale de l’Autorité palestinienne en France.

Tsahal démunie

Cette stratégie fonctionne au-delà de leurs espérances puisqu’elle suscite un débat au sein même des autorités israéliennes qui se retrouvent fort démunies face à ce phénomène. Même le très sophistiqué dôme de fer, le système de défense aérienne mobile, reste impuissant. Certains ministres nationalistes préconisent des assassinats ciblés contre ces lanceurs de cerfs-volants. Trop risqué, estiment les hauts gradés et le premier ministre Benyamin Netanyahou. Ces jeunes sont basés loin de la clôture de sécurité et les dégâts collatéraux parmi les civils conduiraient inéluctablement à un nouveau conflit avec les factions armées palestiniennes. Ce qu’aucune des parties impliquées ne souhaite. Sans parler de l’image désastreuse que donnerait l’État hébreu en tuant sciemment des adolescents.

Surtout, insiste Leïla Shahid, Benyamin Netanyahou n’a pas besoin d’un nouveau front. «Il est bien trop occupé avec la guerre qu’il mène contre l’Iran sur le territoire syrien avec la bénédiction des États-Unis et de l’Arabie saoudite, qui prétendent que le pays des Mollahs et son arsenal nucléaire sont la plus grande menace de toute la région.»

Drones contre cerfs-volants

Israël ne reste pas pour autant les bras ballants puisque cette situation est à l’origine de la flambée de violence de mercredi entre le Hamas, considéré comme responsable de toutes les attaques en provenance de l’enclave palestinienne, et Tsahal. Mais pour l’heure, la réponse reste «mesurée» et dissuasive, estime le porte-parole de l’armée israélienne Jonathan Conricus, qui n’exclut pas pour autant d’intensifier les opérations. L’état-major a par ailleurs annoncé que ces dernières semaines, des centaines de cerfs-volants et autres ballons incendiaires avaient été interceptés grâce à des drones munis de lames de rasoir. Seule parade plus ou moins efficace pour contrer les attaques menées par les gamins de Gaza.

Créé: 25.06.2018, 07h10

Articles en relation

Après le lundi noir, Gaza rend hommage à ses morts

Proche-Orient Entre funérailles et calme précaire près de la frontière avec Israël, le mouvement populaire palestinien s’interroge sur son avenir. Plus...

Des centaines de militants se rassemblent pour soutenir les Palestiniens

Genève Au lendemain des violences à Gaza, des manifestants défilent pour le droit au retour des Palestiniens et appellent au boycott d'Israël. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.