Les femmes de Daech, embrigadées ou enfermées

Groupe Etat islamiqueLes femmes sont de plus en plus nombreuses à rejoindre le djihad. Certaines se révèlent aussi cruelles que les hommes

Image d'illustration. Sur les 600 djihadistes français partis combattre en Syrie, 220 seraient des femmes.

Image d'illustration. Sur les 600 djihadistes français partis combattre en Syrie, 220 seraient des femmes. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Dans les rangs du groupe Etat islamique, les hommes n’ont pas le monopole de la violence et de la cruauté. Les témoignages sont sans appel et le nombre de femmes qui rejoignent le djihad en Syrie et en Irak est en constante progression. Toutes ne se contentent pas d’un rôle d’épouse ou de mère. Si elles ne prennent pas les armes, elles participent activement à la guerre sainte en se chargeant de la propagande et de la répression.

Selon les derniers chiffres des services de renseignement de l’Hexagone révélés vendredi par France Info, sur les 600 djihadistes français partis combattre en Syrie, 220 sont des femmes. Elles n’étaient «que» 164 en septembre. En ce qui concerne notre pays, un rapport des Service de renseignement (SRC) rendu public début novembre indique que six femmes ont quitté la Suisse pour rejoindre les pays du djihad, sur les 40 départs confirmés. Alors qu’en Grande-Bretagne, elles représentent 40% des départs et 20% en Suède. Certaines ont suivi leur mari, les autres sont parties rejoindre un djihadiste rencontré au détour d’un chat sur le Net.

Faire appliquer la charia

La majorité des étrangères qui épouse la cause du djihad restent au foyer. Leur mission étant de soutenir leur combattant de mari et de procréer pour assurer l’avenir du Califat autoproclamé de Daech. Les plus diplômées travaillent pour l’administration ou auprès des organes de propagande. Tandis que d’autres s’enrôlent dans les brigades de femmes de la police islamique chargées de faire appliquer la charia.

Des milices créées il y a deux ans qui se révèlent particulièrement brutales comme en témoigne sur France Info Haya Al Hali, une Syrienne de 27 ans originaire de Raqqa – la capitale de Daech – qui a fui la Syrie. «Les femmes se comportent exactement comme les hommes. Elles fouettent les autres femmes, leur mettent des contraventions pour n’importe quelle infraction», explique-t-elle, ajoutant qu’elles n’hésitent pas à les jeter en prison. Sortir les mains nues, porter un niqab trop transparent ou marcher trop bruyamment est lourdement sanctionné. Selon la jeune Haya, les étrangères venues faire le djihad sont détestées par les populations locales.

Conditionner les enfants

Autre témoignage de barbarie, celui de celle qui se fait appeler Sophie Kasiki, une Française partie travailler dans un hôpital de Raqqa avec son fils de quatre ans avant de parvenir à s’enfuir après deux mois d’enfer qu’elle raconte dans son livre Dans la nuit de Daech.

Interviewée par des journalistes de Radio France, la trentenaire raconte ce qui se passe dans les «maqqars», où transitent toutes les étrangères djihadistes en arrivant en Syrie. «C’est une maison pour femmes avec enfants. Il y a des grillages et toutes les portes sont fermées. Il y a une salle télé où passent en boucle les vidéos d’égorgement et de toutes les horreurs que le groupe Etat islamique peut commettre. Ces enfants sont habitués à voir des gens se faire couper la tête, et à ne pas réagir, à côté de leurs mères ou d’autres femmes qui applaudissent ou rient. Les petits que j’ai vus – de 2 à 6 ans et plus – semblaient habitués à cette violence. Et eux-mêmes se comportaient comme des petits sauvageons.» «J’imagine que certaines d’entre elles souhaitaient partir, poursuit Sophie Kasiki. Mais majoritairement, elles sont satisfaites. Elles sont là pour une cause et elles pratiquent ce qu’on leur demande: tuer, maltraiter. Elles se comportent comme des hommes.»

Créé: 08.01.2016, 18h28

Articles en relation

Daech attaque un port pétrolier libyen

Combats Des djihadistes du groupe Etat islamique ont tué deux gardes du site pétrolier lybien d'Es Sider, avant de se retirer. Plus...

Daech revendique la fusillade du Daguestan

Russie Les djihadistes de l'État islamique (EI) ont revendiqué la fusillade ayant fait mercredi un mort et onze blessés près d'un site touristique au Daguestan. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.