Gaza: Israël ferme le seul point de passage

Proche-OrientLes autorités israéliennes ont pris cette mesure en réponse aux incendies provoqués par des ballons et des cerfs-volants équipés de flammèches lancés depuis Gaza.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'armée israélienne a annoncé lundi la fermeture du seul point de passage de marchandises entre Israël et la bande de Gaza. Elle agit ainsi en réaction aux cerfs-volants incendiaires envoyés depuis l'enclave.

Depuis le 30 mars, les Gazaouis manifestent le long de la barrière qui sépare la bande de Gaza d'Israël. Ils dénoncent le blocus israélien qui dure depuis plus de dix ans et revendiquent le droit au retour des Palestiniens sur les terres qu'ils ont fuies ou dont ils ont été chassés à la création d'Israël en 1948.

«En réaction aux attaques terroristes en cours menées par le Hamas qui exploite et met en danger les habitants de Gaza, le Premier ministre (Benjamin Netanyahu) et le ministre de la Défense (Avigdor Lieberman) ont décidé de fermer le passage de Kerem Shalom ce lundi», indique l'armée dans un communiqué. Elle précise toutefois que le passage restera ouvert pour les besoins humanitaires.

Par ailleurs, la zone de pêche, qui avait été étendue depuis le mois de mai à neuf milles nautiques (17 km) de la côte de Gaza, sera de nouveau réduite à 6 milles, ajoute l'armée. Les accords israélo-palestiniens d'Oslo signés en 1993 prévoyaient une zone de pêche allant jusqu'à 20 milles nautiques de la côte. Mais Israël a réduit son étendue à plusieurs reprises.

Plus de 700 incendies

Tout en confirmant la fermeture immédiate du passage, M. Netanyahu a précisé au Parlement qu'Israël se préparait «à prendre d'autres mesures pour lutter contre le Hamas», mouvement islamiste qui dirige l'enclave.

Les autorités israéliennes peinent à enrayer la vague d'incendies provoqués par des ballons et des cerfs-volants équipés de flammèches lancés depuis Gaza vers le territoire israélien, devenus depuis la fin mars le symbole de la mobilisation palestinienne.

«Il y a eu environ 750 incendies qui ont brûlé 26'000 dounams (2600 hectares, ndlr) en environ 100 jours», a affirmé le porte-parole des pompiers israéliens. Il a estimé «à plusieurs millions de shekels» le montant des dégâts.

«Nouveau crime contre l'humanité»

La fermeture du point de passage va aggraver la situation humanitaire déjà très précaire dans la bande de Gaza, soumise au sévère blocus israélien et où plus de 80% de la population est tributaire d'une aide, selon la Banque mondiale.

Fawzi Barhoum, un porte-parole du Hamas, a déclaré dans un communiqué que «les mesures supplémentaires pour renforcer le blocus et empêcher l'entrée de matériaux et de marchandises dans la bande de Gaza sont un nouveau crime contre l'humanité qui s'ajoute à la liste noire de l'occupation israélienne contre les droits de notre peuple». «Le Hamas appelle la communauté internationale à intervenir immédiatement pour empêcher ce crime.» (ats/nxp)

Créé: 09.07.2018, 19h49

Articles en relation

Des femmes manifestent près de la frontière

Bande de Gaza Venues en bus de toute l'enclave, souvent accompagnées de leurs enfants, les manifestantes se sont dirigées par groupes à une cinquantaine de mètres de la frontière. Plus...

Manifestation à Ramallah en solidarité avec Gaza

Cisjordanie 500 manifestants ont défilé à Ramallah, en Cisjordanie, pour réclamer la levée des sanctions imposées à la bande de Gaza. Plus...

Israël frappe Gaza après des tirs de roquettes

Conflit israélo-palestinien Israël a frappé dans la nuit de mardi à mercredi 25 objectifs dans la bande de Gaza après avoir reçu des tirs de roquette. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.