La lutte des femmes arabes pour le droit à l’héritage

IslamPartout, les femmes ont acquis des droits, mais elles héritent toujours moitié moins qu’un homme.

Les Tunisiennes peuvent voter depuis 1956, mais elles reçoivent toujours une part d'héritage deux fois moindre qu'un homme, malgré la promesse du président Essebsi en août de soumettre un projet de loi visant à modifier le code du statut personnel.

Les Tunisiennes peuvent voter depuis 1956, mais elles reçoivent toujours une part d'héritage deux fois moindre qu'un homme, malgré la promesse du président Essebsi en août de soumettre un projet de loi visant à modifier le code du statut personnel. Image: Anis Mili/Reuters

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Tunisie sera-t-elle le premier pays arabe à instituer l’égalité dans l’héritage, défiant ainsi l’un des tabous les plus tenaces? Du Maghreb au Moyen-Orient, le débat fait rage depuis que le président Béji Caïd Essebsi a promis le 13 août de soumettre un projet de loi pour modifier le code du statut personnel. Actuellement, ce code prévoit, dans la plupart des cas, une part deux fois plus importante pour un héritier que pour une héritière, suivant en cela une règle très explicite du Coran. Voilà pourquoi la disposition patriarcale paraît difficile à annuler, même dans une Tunisie à l’avant-garde de la région en matière de droits des femmes.

Pourtant, la persistance de l’inégalité dans l’héritage paraît totalement paradoxale à l’heure où nombre de Constitutions nationales proclament l’égalité des sexes. Aujourd’hui, les femmes ont le droit de vote dans tous les États musulmans sauf l’Arabie saoudite. Même là, les étudiantes prennent d’assaut les universités. Il reste de moins en moins de métiers réservés aux hommes. Dans bien des pays, nombreuses sont celles qui occupent des postes à responsabilité. Le Pakistan a porté au pouvoir Benazir Bhutto, le Bangladesh a élu Khaleda Zia puis Sheikh Hasina, la Turquie a eu Tansu Ciller, l’Indonésie a été gouvernée par Megawati Sukarnoputri! Autant de pays musulmans, mais pas arabes, il est vrai…

Tunisiennes «trahies»

Alors pourquoi ne pas octroyer l’égalité dans l’héritage? «Il s’agit d’un sujet tabou, il remet en question le texte sacré qui a codifié d’une manière claire le droit successoral», note la socioanthropologue Safaa Monqid, qui enseigne à l’Université Sorbonne Nouvelle. Modifier ces règles implique de prendre ses distances avec le Coran – ou d’en faire une interprétation non littérale et progressiste. Au Caire, les autorités de l’Université Al-Azhar, qui font référence dans le monde musulman, ont décrété que l’initiative du président tunisien «va à l’encontre des enseignements de l’islam».

Résultat: le parti islamiste Ennahdha, plus importante formation politique de Tunisie avec 68 des 217 sièges au parlement, a averti le 26 août qu’il ne soutiendra pas le projet de loi que le président Essebsi compte déposer dans les mois à venir (peut-être après les législatives de mai). Un refus étonnant, somme toute, car le texte envisagé laisse chaque citoyen libre d’exiger par testament que la loi islamique soit appliquée pour ses héritiers. Par ailleurs, le parti Ennahdha avait soutenu l’article de la Constitution stipulant que l’État «s’engage à protéger les droits acquis de la femme, les soutient et œuvre à les améliorer», rappelle Amna Guellali, qui dirige le bureau de Tunis de l’ONG Human Rights Watch. «L’annonce d’Ennahdha est une trahison pour les Tunisiennes!»

Marocaines au front

En réalité, la Tunisie n’est pas le seul front de la bataille pour l’égalité dans l’héritage. Si ce débat a été relancé depuis un mois en Égypte et en Algérie, il était déjà très animé au Maroc, où une centaine d’intellectuels ont fait polémique en mars en signant une pétition qui réclame l’abandon du droit successoral inspiré de la charia. Car, disent-ils, ce qui «pouvait être justifié historiquement dans un système clanique où les hommes prenaient en charge toutes les femmes de la famille» s’avère aujourd’hui injuste et contraire à l’esprit du Coran (qui avait octroyé des droits aux femmes à une époque où elles n’en avaient aucun). Or, aujourd’hui, «la famille marocaine est le plus souvent réduite aux parents et leurs enfants. Les femmes participent souvent à la prise en charge des besoins de leur famille, dont elles sont parfois l’unique soutien, et sont nombreuses à assister financièrement leur époux. Enfin, le nombre de femmes livrées à elles-mêmes, célibataires, divorcées ou veuves, avec ou sans enfants, a nettement augmenté.»

Lancée par l’écrivaine et psychothérapeute Siham Benchekroun, la pétition a été portée par Asma Lamrabet, qui dirigeait alors le Centre d’études féminines en islam au sein de la Rabita mohammadia des oulémas, association créée par le roi Mohammed VI pour promouvoir un islam tolérant et ouvert. Mais face au tollé soulevé par la pétition, la théologienne a présenté sa démission en avril. L’opinion publique n’est pas encore prête au changement.

Dans le monde arabe, «la mentalité patriarcale pèse de tout son poids sur l’inconscient des hommes et des femmes», relève Safaa Monqid. D’autant plus «avec la montée du populisme musulman, qui fait barrage à toute réforme et engendre un repli sur les valeurs conservatrices». (24 heures)

Créé: 17.09.2018, 19h51

La Turquie reste un modèle... suisse!

L’égalité dans l’héritage existe bel et bien dans un État musulman, mais hors du monde arabe: la Turquie garantit les mêmes droits successoraux aux hommes et aux femmes «grâce au Code civil suisse adopté en 1926», rappelle la sociologue. Même si les féministes redoutent un retour en arrière sous la présidence autoritaire de l’islamo-conservateur Recep Tayyip Erdogan…

Plus inattendu, la loi en Somalie «garantit» l’égalité parfaite dans l’héritage. Cela dit, en pratique, ces affaires sont souvent tranchées par des tribunaux islamiques (selon la charia) ou jugées selon le droit coutumier, encore plus défavorable aux femmes.

Qu’en est-il en Indonésie, où vit la plus large population musulmane du monde? «Cela dépend des régions et des communautés, note Safaa Monqid. Chez certaines, à dominance matriarcale, ce sont les femmes qui héritent du foyer et des terres! Dans d’autres, c’est la loi musulmane, favorisant les hommes, qui est appliquée.»

Malgré la persistance des inégalités de genre, Safaa Monqid estime que la cause féminine progresse. Partout, «les femmes sont devenues des actrices incontournables du développement et un vecteur important de la modernisation» des sociétés. En réclamant des droits, les musulmanes poussent à réinterpréter les textes islamiques… et à emprunter le chemin vers un État laïque.
A.A.

Info Lecteur – Témoin de l’actu? Informez-nous!

Info Lecteur

Vous avez été témoin d’un événement sortant de l’ordinaire? Mieux: vous l’avez photographié ou filmé? N’hésitez pas et partagez-le avec tous les lecteurs de 24heures.ch! Envoyez-nous vos informations par e-mail à info.lecteur@24heures.ch ou par MMS avec la mention "24 PHOTO", photos ou vidéos au 8000(CHF 1.50 par MMS). Plus...

Articles en relation

La châtelaine d’Aigremont offrait le droit de propriété aux femmes

Histoire Au Moyen-Age, la population d’un village des Alpes vaudoises recevait un pâturage, à la condition explicite que le beau sexe y bénéficie de parts égales à celles des hommes. Un cas unique. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.