Paris et Londres réaffirment leur ligne anti-Assad

SyrieLes chefs de la diplomatie française et britannique ont assuré dans une tribune publiée vendredi que Bachar el-Assad «ne peut par être l'avenir de la Syrie».

Pour la France et le Royaume-Uni, Bachar al-Assad ne peux pas assurer l'avenir de la Syrie.

Pour la France et le Royaume-Uni, Bachar al-Assad ne peux pas assurer l'avenir de la Syrie. Image: (photo d'archives)/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La France et la Grande-Bretagne ont réaffirmé ce vendredi 27 février leur ligne anti-Bachar al-Assad en Syrie. Elles ont assuré que tout rétablissement des relations diplomatiques avec Damas provoquerait une radicalisation de l'opposition modérée et consoliderait le camp djihadiste.

La visite surprise d'une délégation parlementaire française en Syrie cette semaine a relancé le débat sur la nécessité de reprendre langue avec le régime syrien pour lutter plus efficacement contre l'Etat islamique (EI).

«Depuis le palais où il est reclus, Bachar al Assad ne se contente plus de faire la guerre à son propre peuple: il a lancé une démarche d'auto-réhabilitation», écrivent les chefs de la diplomatie française et britannique Laurent Fabius et Philip Hammond dans une tribune publiée notamment dans Le Monde et dans le journal arabe publié à Londres Al Hayat.

«Certains paraissent sensibles à ce discours: face à la terreur, disent-ils, l'injustice et la dictature seraient préférables au désordre», ajoutent les deux ministres. «En réalité, Bachar représente à la fois l'injustice, le désordre et la terreur. Et nous, France et Royaume-Uni, nous disons non aux trois.»

Plus de 200'000 morts

Au total, plus de 200'000 personnes ont été tuées dans le conflit syrien, qui a commencé en mars 2011 sous la forme d'une contestation pacifique. Depuis les attentats de janvier à Paris, des diplomates et des membres des services de renseignements français s'interrogent sur les limites de la ligne adoptée par Paris.

Le député UMP, Jacques Myard, l'un des élus qui s'est rendu en Syrie, a déclaré qu'il était illusoire de vouloir régler la guerre civile en Syrie et la question de l'EI en isolant Bachar el-Assad.

«Longue liste de crimes»

Dans leur tribune, les deux ministres appellent à ne pas oublier la «longue liste de crimes de guerre et crimes contre l'humanité» commis par le régime Bachar el-Assad, l'utilisation présumée d'armes chimiques, les assassinats et les actes de tortures commis contre les populations civiles.

«Après 220'000 morts et des millions de déplacés, il est illusoire d'imaginer que la majorité des Syriens consentent à se placer de nouveau sous la coupe de celui qui les martyrise», estiment Laurent Fabius et Philip Hammond.

«Mettre fin à leurs espoirs d'un avenir meilleur avec une Syrie sans Bachar, ce serait radicaliser encore davantage de nombreux Syriens, pousser des modérés vers l'extrémisme et consolider un bastion djihadiste en Syrie.» Selon eux, la solution passe par la constitution d'un gouvernement d'unité, réunissant des membres de l'opposition et du régime. (ats/nxp)

Créé: 27.02.2015, 11h25

Dossiers

Galerie photo

La Syrie en guerre civile (août 2013 - septembre 2015)

La Syrie en guerre civile (août 2013 - septembre 2015) Accusé par la communauté internationale de s'en prendre à la population civile, Bachar al-Assad se maintient au pouvoir d'une main de fer

Galerie photo

La progression du groupe Etat islamique

La progression du groupe Etat islamique La fulgurante progression des djihadistes sunnites du groupe Etat islamique (EI) met en péril la sécurité de toute la région.

Articles en relation

Des tensions internes gangrènent l'EI, selon un déserteur

Syrie Les traitements de faveur accordés aux djihadistes étrangers par le groupe Etat islamique (EI) entraînent des ressentiments, selon un ancien combattant. Plus...

L'Etat islamique a enlevé 220 chrétiens assyriens

Syrie Des habitants des villages au nord-est de la Syrie ont été capturés par les combattants du groupe Etat islamique (EI) au cours des trois derniers jours Plus...

L'Australie inquiète du nombre de femmes qui partent en Syrie

Djihad Un nombre préoccupant d'Australiennes partent pour l'Irak et la Syrie afin d'épouser des djihadistes de l'organisation Etat Islamique (EI). Plus...

Davantage d'Américains pour l'envoi de troupes contre l'EI

Etat islamique Près d'un Américain sur deux est favorable à l'envoi de troupes au sol pour combattre les djihadistes en Irak ou en Syrie. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.