Passer au contenu principal

SyrieLa première messe de Noël depuis cinq ans

Les chrétiens d'Alep ont fêté Noël dans une ville désertée par les rebelles pour la première fois en cinq ans.

Malgré la trêve humanitaire, les violences entre l'armée syrienne et les insurgés ont repris dans la Ghouta orientale. (Mercredi 28 février 2018)
Malgré la trêve humanitaire, les violences entre l'armée syrienne et les insurgés ont repris dans la Ghouta orientale. (Mercredi 28 février 2018)
AFP
Les Etats-Unis ont commencé à livrer des armes aux combattants kurdes contre l'EI dans le nord de la Syrie, au grand dam d'Ankara. (Mardi 30 mai 2017)
Les Etats-Unis ont commencé à livrer des armes aux combattants kurdes contre l'EI dans le nord de la Syrie, au grand dam d'Ankara. (Mardi 30 mai 2017)
Keystone
AFP
1 / 150

Dans la ville d'Alep, nombre de civils eux ont salué un retour de la paix, quelques jours après la reprise totale d'Alep par les forces du régime.

Dans la cathédrale Saint-Elie, endommagée lors des combats dans la vieille ville d'Alep, des prêtres ont célébré samedi une messe de minuit inédite depuis cinq ans devant des dizaines de fidèles et notamment des officiers russes.

«L'ambiance de fête était formidable. C'était une nouvelle naissance pour Jésus-Christ et une nouvelle naissance pour la ville d'Alep», estime George Bakhash, un chef de file de la communauté chrétienne. Le nombre de fidèles se rendant à l'église a fortement augmenté depuis que la peur des tirs rebelles s'est effacée, rapporte-t-il.

Une grande partie des chrétiens de Syrie soutient le régime de Bachar el-Assad. De confession alaouite, branche du chiisme, le président syrien est vu comme un protecteur contre des combattants rebelles principalement issus du sunnisme, branche majoritaire de l'islam en Syrie.

Portraits de Bachar et Poutine

Dans les quartiers d'Alep contrôlés de longue date par le gouvernement, relativement préservés, les restaurants étaient pleins jusque tard dans la nuit à l'occasion des festivités.

Dans le quartier d'Aziziya, des centaines de personnes ont dansé sous un grand sapin de Noël, à nouveau éclairé après plusieurs années d'obscurité depuis la prise d'Alep-Est par les rebelles en 2012. Des portraits géants de Bachar al Assad et de son allié le président russe Vladimir Poutine étaient accrochés dans la ville.

Pour de nombreux chrétiens, l'émergence de groupes djihadistes comme l'Etat islamique menace l'existence même de leur communauté. Selon le dirigeant communautaire George Bakhash, la population chrétienne d'Alep est passée depuis le début du conflit de 250'000 à 50'000 personnes.

Les rebelles contrôlent encore près de 40 % des territoires de la province d'Alep et continuent de viser la ville sporadiquement par des tirs d'obus.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.