Passer au contenu principal

IsraëlUne quarantaine de Palestiniens arrêtés après les heurts

Les forces de l'ordre israéliennes ont interpellé 39 personnes dans le cadre des manifestations des derniers jours autour de la question de l'esplanade des Mosquées.

Vendredi, des heurts avaient éclaté à Jérusalem et en Cisjordanie, comme ici à Hébron.
Vendredi, des heurts avaient éclaté à Jérusalem et en Cisjordanie, comme ici à Hébron.
Keystone

La police israélienne a annoncé dimanche avoir arrêté 39 Palestiniens en Cisjordanie et à Jérusalem-Est occupées après des heurts et des manifestations ces derniers jours sur la très sensible question de l'esplanade des Mosquées.

Les Palestiniens avaient placé la journée de vendredi sous le signe de la défense de l'Esplanade, troisième lieu saint de l'islam, afin de protester contre la recrudescence des visiteurs juifs sur le site à l'occasion du nouvel an hébraïque.

Des heurts avaient éclaté à Jerusalem et dans plusieurs villes de Cisjordanie entre Palestiniens et policiers et soldats israéliens vendredi. Ils ont de nouveau secoué la partie palestinienne de la Ville sainte durant la nuit de samedi à dimanche.

Douze Palestiniens de Cisjordanie et 27 de Jérusalem-Est ont été arrêtés pour «trouble à l'ordre public», «participation à des émeutes» et «jets de pierres et de cocktails Molotov», selon la police. Ils seront «présentés au plus vite à la justice», a-t-elle poursuivi.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a «déclaré la guerre» mercredi aux lanceurs de pierres. Son gouvernement envisage de durcir les peines et d'avoir recours à des snipers contre eux à Jérusalem comme c'est déjà le cas en Cisjordanie.

Retour au calme dimanche

Dimanche, la situation était calme sur l'esplanade des Mosquées. La police israélienne a seulement indiqué avoir arrêté un visiteur juif qui avait «contrevenu aux règles» interdisant aux juifs de prier sur le site.

Par ailleurs, une polémique enfle dans les Territoires palestiniens sur l'action des forces de l'ordre palestiniennes --dans les 17% de la Cisjordanie qu'elles contrôlent-- lors des manifestations de vendredi pour la défense de l'esplanade des Mosquées. Une vidéo mise en ligne montre une demi-douzaine de policiers palestiniens de Bethléem passer à tabac un jeune à terre au cours d'un rassemblement.

Le Premier ministre palestinien Rami Hamdallah a dénoncé dans un communiqué «un acte inacceptable face auquel on ne peut rester silencieux», promettant que «ses auteurs rendront des comptes». Une enquête a été ouverte. Sous couvert d'anonymat, une source gouvernementale palestinienne a estimé que cette vidéo était «très dommageable pour l'Autorité palestinienne».

L'Autorité est déjà critiquée par l'opposition islamiste et une partie de l'opinion publique pour ne pas avoir pris de mesure de rétorsion contre Israël au sujet de l'Esplanade, notamment après les trois jours de violences du début de la semaine.

AFP

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.