Passer au contenu principal

«Le régime syrien torture pour tuer»

La journaliste française Garance le Caisne était à Genève mardi pour présenter son livre sur la «machine de mort» de Bachar

Le président Bachar el-Assad lors d'un discours en juillet 2015.
Le président Bachar el-Assad lors d'un discours en juillet 2015.
AP

Invitée à Genève par Amnesty international et FemmeS pour la démocratie, la journaliste indépendante Garance Le Caisne a rappelé mardi à l’Unige, dans une conférence intitulée « Au cœur de la machine de mort syrienne» à quel point le régime de Bachar el-Achar était sanguinaire. Alors que le président syrien a été remis en selle par les soutiens militaires de l’Iran, du Hezbollah et de la Russie, et que les Occidentaux ne peuvent plus faire de son départ un préalable aux négociations pour mettre fin à un conflit qui a fait au moins de 250 000 morts et dix millions d’exilés ou de déplacés, la reporter qui a couvert le conflit depuis la révolution pacifique de 2011 sort un livre intitulé «Opération César». Il s’appuie notamment sur le témoignage de César, un photographie de l’armée syrienne qui a, au péril de sa vie, sorti de Syrie 45 000 clichés de cadavres attestant de crimes de guerre ou de crimes contre l’humanité. Jamais sans doute, une telle masse de documents n’est venue appuyer d’autant de preuves d’atrocités commises durant un conflit. Entretien.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.