Téhéran déroule le tapis gris pour Laurent Fabius

IranLa fin de l’embargo contre l’Iran suscite bien des convoitises. La Chine, l’Allemagne, la Suisse sont bien placés. Pas la France.

Laurent Fabius. Photo d'illustration.

Laurent Fabius. Photo d'illustration. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius commence ce mercredi sa visite officielle en Iran. Mais c’est un tapis gris que déroulent sous ses pas les imams et les leaders du camp conservateur. Ils en sont même à ressortir la vieille affaire du sang contaminé qui s’est déroulée à l’époque (de 1984 à 1986) où Laurent Fabius était premier ministre. L’ancien chef du gouvernement a été innocenté, mais la propagande des conservateurs iraniens ne s’encombre pas de détails aussi futiles.

Téhéran reproche surtout à la France d’être le membre qui lui était le plus défavorable au sein du groupe de pays (Etats-Unis, Russie, France, Chine, Grande-Bretagne et Allemagne) chargé de négocier le dossier nucléaire avec l’Iran. Paris a été perçu par les dirigeants iraniens comme trop proche d’Israël et de son refus de lever les sanctions économiques contre l’Iran.

Le président François Hollande n’a guère apprécié les piques lancées contre son ministre des Affaires étrangères: «La manière dont il sera accueilli sera pour nous une évaluation du comportement de l’Iran», a-t-il déclaré, hier à Paris, devant l’Association de la presse présidentielle.

Une nation de 80 millions de consommateurs

Maintenant que l’accord sur le nucléaire iranien a été conclu, la fin de l’embargo se profile. Si ces sanctions n’avaient pas interdit toutes relations commerciales avec l’Iran, elles en ont perturbé gravement le développement.

C’est dire l’importance sur le plan économique de l’accord nucléaire. Dès lors, la visite du ministre Laurent Fabius a aussi pour objectif de renouer des relations commerciales avec une nation de 80 millions d’habitants, grande productrice d’hydrocarbure et nantie d’une classe moyenne importante.

Suisse bien placée

Cela dit, Paris aura fort à faire. En effet, dans la ruée vers les parts de marché iraniennes qui se déroule dès maintenant, la France paraît mal placée. En 2011, elle figurait encore au septième rang des pays fournisseurs de l’Iran. Aujourd’hui, c’est la Suisse qui occupe cette place après avoir augmenté sensiblement ses exportations. La France est tombée au treizième rang.

A la fin du mois d’avril, notre Secrétariat d’Etat à l’économie a organisé un voyage de trois jours en Iran comprenant des diplomates et des dirigeants d’entreprises suisses. Il en est ressorti que la Confédération y est bien vue. Outre la qualité reconnue par les interlocuteurs iraniens des produits helvétiques – industrie médico-pharmaceutique, technologies propres, horlogerie, cimenterie, entre autres – et de ses services financiers, la Suisse a conservé d’excellentes relations avec la République islamique. Ainsi, la Confédération représente-t-elle à la fois les intérêts américains à Téhéran et les intérêts iraniens au Caire.

Chine en tête

Dans cette compétition pour s’arracher la clientèle iranienne, la Chine reste en tête. Les Emirats arabes unis et leurs services financiers et d’assistance commerciale, la Turquie, pourvoyeuse en produits de matière plastique, sont en pointe, de même que la Corée du Sud et l’Inde. L’Allemagne progresse fortement et se situe juste avant la Suisse; l’Italie s’est hissée à la dixième place dans le classement des fournisseurs. Allemagne, Suisse et Italie se font d’ailleurs une rude concurrence, car ils vendent le même type de produits. Les Pays-Bas se placent aussi dans ce même ensemble; toutefois, leur influence commerciale paraît en perte de vitesse.

Si la hache de guerre a été, provisoirement, enterrée avec l’Iran, la bataille commerciale, elle, ne fait que commencer.

Créé: 29.07.2015, 07h25

Articles en relation

Téhéran et l'UE vont amorcer un dialogue

Nucléaire iranien Des discussions se tiendront entre l'Iran et l'Union européenne, notamment sur la lutte contre le terrorisme et la coopération en matière d'énergie. Plus...

Hollande s'est entretenu avec le président iranien

Nucléaire iranien Le président français François Hollande s'est entretenu avec son homologue iranien Hassan Rohani sur l'accord de Vienne, portant sur le nucléaire iranien. Plus...

Mohammad Javad Zarif défend l'accord sur le nucléaire

Iran Le chef de la diplomatie a qualifié l'accord devant les députés d'«équilibré». Le Parlement n'aura pas besoin de voter. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.