Passer au contenu principal

«En Turquie, je crains la légitimité de la violence»

Face à l’escalade entre forces de sécurité turques et PKK, le professeur Faruk Bilic n’exclut pas une annulation des élections

Pour le professeur Faruk Bilici, la politique du président Erdogan est très risquée.
Pour le professeur Faruk Bilici, la politique du président Erdogan est très risquée.

A moins de deux mois des élections anticipées du 1er novembre, la Turquie s’est enfoncée un peu plus mardi dans la violence, après une nouvelle attaque du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) qui a tué 14 policiers dans l'est du pays et une série de frappes de l'aviation turque contre les bases des rebelles kurdes en Irak. Depuis Istanbul, Faruk Bilici, professeur en études ottomanes et histoire turque à l’Institut des langues et civilisations orientales (Inalco), dresse un constat très pessimiste de la situation en Turquie.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.