Passer au contenu principal

Des proches des Le Pen mis en cause

Selon «Le Monde», l’entourage de la présidente et de l’ancien président du Front national français a monté des sociétés offshore.

Le numéro 2 du FN a répété mardi que Marine Le Pen n'était pas impliquée dans cette affaire.
Le numéro 2 du FN a répété mardi que Marine Le Pen n'était pas impliquée dans cette affaire.
Reuters

Le directeur du Monde l’avait annoncé: le quotidien du soir, qui participe à l’opération Panama Papers, allait révéler mardi le nom d’un «grand parti politique français impliqué». Outre-Jura, les soupçons ont très rapidement pointé le Front national (FN). La confirmation est tombée mardi matin. Peu après 9 h, Le Monde mettait en ligne sur son site Internet un premier article assurant que des proches de Marine Le Pen, l’actuelle présidente du FN, avaient monté un «système offshore sophistiqué» entre «Hongkong, Singapour, les îles Vierges britanniques et le Panama». Une structure qui «a été utilisée pour sortir de l’argent de France, au moyen de sociétés-écrans et de fausses factures, avec la volonté d’échapper aux services antiblanchiment français».

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.