Passer au contenu principal

La procureure suédoise veut entendre Assange

Un rapport de l'ONU estime que l'Australien est victime d'une «détention arbitraire». Une magistrate n'en tiendra pas compte.

Julian Assange a demandé à retrouver sa liberté de mouvement.
Julian Assange a demandé à retrouver sa liberté de mouvement.
Keystone

La procureure suédoise qui enquête sur les accusations de viol visant le fondateur de WikiLeaks Julian Assange a affirmé mardi qu'elle allait renouveler sa demande en vue d'une audition à Londres. Elle ne tient de fait pas compte de l'avis de l'ONU.

«En ce qui concerne le rapport qui a été publié la semaine dernière (par l'ONU), je souhaite indiquer que cela ne change rien à mon appréciation antérieure dans cette enquête», a écrit dans un communiqué la magistrate Marianne Ny. Un groupe de travail de l'ONU avait estimé que l'Australien, confiné depuis trois ans dans l'ambassade d'Equateur à Londres, était victime d'une «détention arbitraire», et appelé la Suède et le Royaume-Uni à l'indemniser.

Les deux pays ont immédiatement rejeté cette appréciation vendredi, les Britanniques rappelant qu'ils étaient tenus d'exécuter le mandat d'arrêt européen, tandis que le gouvernement suédois se disait «en désaccord» avec le groupe de travail.

«La magistrate chargée de l'affaire, la procureure en chef Marianne Ny, travaille actuellement à une nouvelle demande d'audition de Julian Assange à l'intérieur de l'ambassade d'Equateur à Londres. Une demande antérieure a été rejetée en janvier dernier par le procureur général d'Equateur», a précisé le parquet suédois.

Acharnement de cinq ans

Julian Assange a demandé à retrouver sa liberté de mouvement. Cela fait plus de cinq ans que le parquet cherche à l'interroger sur ce viol présumé qui aurait été commis sur une femme de 30 ans environ dans la région de Stockholm en 2010. L'Australien nie ces accusations.

Il avait d'abord rejoint la Grande-Bretagne pour échapper à une arrestation, puis contesté le mandat d'arrêt européen devant la justice britannique. En juin 2012, Julian Assange était entré dans l'ambassade d'Equateur pour y demander l'asile politique.

En mars dernier, les magistrats suédois s'étaient résolus à demander une audition à Londres, qui n'a pas encore pu avoir lieu en raison de complications procédurales.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.