Ceux qui ne sont pas sur les réseaux sociaux sont aussi pistés

InternetUn chercheur de l'EPFZ révèle que les réseaux sociaux exploitent non seulement les données de leurs utilisateurs, mais aussi celles des non-membres.

Les internautes sont appelés à user de leurs informations privées avec prudence et à renforcer les dispositions sur la protection des données.

Les internautes sont appelés à user de leurs informations privées avec prudence et à renforcer les dispositions sur la protection des données. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

D'après un chercheur de l'EPFZ, les réseaux sociaux créent des profils «fantômes» de personnes ne possédant pas de compte grâce aux contacts privés des inscrits.

Les réseaux sociaux, comme Facebook, proposent qu'un utilisateur importe sa liste de contacts, afin qu'il puisse plus facilement retrouver un ami. Le hic, c'est que les réseaux sociaux collectent toutes les données dans son carnet d'adresses (mail et postale, numéro de téléphone, etc), donc aussi des non-membres.

Ils créent ensuite un profil, incluant parfois des informations privées, observe David Garcia, de l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ). Pour parvenir à ces conclusions, le chercheur a étudié les archives de la plate-forme «Friendster», qui a entre-temps disparu.

Il a notamment regardé s'il était possible d'obtenir des renseignements sur l'orientation sexuelle d'un non-membre ou sur sa situation amoureuse. Résultat: la probabilité que les renseignements qu'il a obtenus soient exacts est très élevée, relève-il dans la revue Science Advances.

Et cette probabilité augmente, plus le nombre d'utilisateurs du réseau social est grand et plus l'accès à la liste d'amis est facilité. A noter que Facebook comptait en juin de cette année, 1,32 milliard d'utilisateurs actifs quotidiennement. Friendster en recensait 115 millions par moments.

Recouper des données

Quand les utilisateurs importent leurs listes de contacts ou carnets d'adresses, le réseau social tente d'établir des modèles où les personnes sont mises en relation. Il crée des liens en fonction de leur ressemblance.

Dans le cas de l'étude, les personnes hétérosexuelles seront connectées aux personnes du sexe opposé, les homos avec celles du même sexe, de même que les célibataires entre eux. Il arrive aussi que plusieurs utilisateurs importent le même contact d'une personne qui ne possède pas de compte sur le réseau social. C'est par ce biais que le réseau social parvient à construire ce profil «fantôme».

Ce problème n'est pas nouveau. En 2013, Facebook avait fait couler beaucoup d'encre pour cette raison. Le chercheur de la haute école de Zurich appelle donc les internautes à user de leurs informations privées avec prudence et à renforcer les dispositions sur la protection des données. (ats/nxp)

Créé: 07.08.2017, 17h57

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

La drague au parlement fédéral (paru le 16 décembre 2017)
(Image: Valott) Plus...