Les Rohingyas ne sont plus les bienvenus

BangladeshLe Bangladesh a affirmé jeudi qu'il n'accueillerait plus de réfugiés Rohingyas et a appelé l'ONU à agir.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Bangladesh n'est «plus en mesure d'accueillir davantage» de réfugiés Rohingyas fuyant la Birmanie. Son ministre des Affaires étrangères l'a fait savoir jeudi au Conseil de sécurité de l'ONU.

Les problèmes posés par le retour en Birmanie de centaines de milliers de Rohingyas vont «de mal en pis», a par ailleurs alerté Shahidul Haque, appelant le Conseil à prendre des mesures «concrètes». «Le Bangladesh, qui se montre réceptif et responsable en ayant de l'empathie envers une minorité persécutée d'un pays voisin, en paie-t-il le prix?», s'est-il interrogé.

Depuis l'été 2017, environ 740'000 musulmans Rohingyas ayant fui une répression militaire birmane vivent dans des camps au Bangladesh, sans grand espoir de revenir rapidement en Birmanie. Un exil assimilé à un «nettoyage ethnique» par l'ONU.

En vertu d'un accord conclu avec le Bangladesh, la Birmanie a accepté un retour de réfugiés, mais l'ONU insiste sur le fait que leur sécurité doit être assurée. L'ambassadeur birman à l'ONU, Hau Do Suan, a affirmé de son côté que son gouvernement faisait de son mieux, et appelé à la patience. Il a évoqué d'«immenses barrières physiques et psychologiques» et estimé qu'il fallait «du temps et de la patience, ainsi que du courage, pour construire une confiance mutuelle entre les différentes communautés».

«Progrès lents»

«Les progrès sont lents» pour résoudre la crise des Rohingyas, a convenu jeudi l'émissaire de l'ONU pour la Birmanie, la Suissesse Christine Burgener Schraner. Celle-ci s'est rendue à cinq reprises en Birmanie.

C'est la première fois qu'elle rendait compte publiquement au Conseil de sécurité de l'ONU de ses démarches depuis sa prise de fonctions en avril 2018. «Tout en partageant l'inquiétude face à des progrès lents, mes cinq premières visites en Birmanie ont mis en évidence les énormes défis qui nécessitent un soutien international considérable», a-t-elle déclaré.

L'ambassadrice britannique à l'ONU, Karen Pierce, a fait part de sa «forte déception face à l'absence de davantage de progrès en faveur d'un retour des réfugiés». L'émissaire a aussi reconnu que les agences onusiennes continuaient d'avoir un accès «insuffisant» sur le terrain pour préparer un retour des Rohingyas.

Réformes prudentes

La campagne électorale «pourrait ajouter à la complexité» des tentatives de résoudre la crise, a-t-elle ajouté. En ayant en ligne de mire les élections de 2020, la dirigeante birmane Aung San Suu Kyi «avance avec prudence sur le terrain des réformes démocratiques», a dit Christine Burgener Schraner.

Au Conseil de sécurité, la Chine, premier soutien de la Birmanie, freine toute initiative internationale, soulignant que la crise relève d'un seul problème bilatéral entre la Birmanie et le Bangladesh. «Il revient aux deux pays de trouver une solution», a réaffirmé l'ambassadeur chinois adjoint, Wu Haitao.

Le Royaume-Uni a fait circuler au Conseil un projet de résolution qui imposerait une échéance à la Birmanie pour une stratégie de règlement du conflit, mais la Chine a menacé d'utiliser son veto, selon des diplomates. (afp/nxp)

Créé: 01.03.2019, 01h40

Le Bangladesh n'acceptera plus de réfugiés Rohingyas

Le Bangladesh a indiqué jeudi au Conseil de sécurité de l'ONU, par la voix de son ministre des Affaires étrangères, qu'il n'était «plus en mesure d'accueillir davantage» de réfugiés Rohingyas fuyant la Birmanie. Les problèmes posés par le retour en Birmanie de centaines de milliers de Rohingyas vont «de mal en pis», a par ailleurs alerté Shahidul Haque, appelant le Conseil à prendre des mesures «concrètes».

Articles en relation

7 étudiants condamnés à des travaux forcés

Birmanie Sept étudiants birmans, accusés d'avoir brûlé des portraits de ministres, ont été condamnés jeudi à de la prison et des travaux forcés. Plus...

Angelina Jolie dénonce la persécution des Rohingyas

Bangladesh L'actrice Angelina Jolie et envoyée spéciale du HCR a visité un camp de réfugiés au Bangladesh. Elle a appelé la Birmanie à cesser les violences contre les Rohingyas. Plus...

L'impossible retour chez eux des réfugiés rohingyas

L'invitée Manon Schick expose le dilemme auquel sont confrontés ceux qui ont fui la Birmanie l'an dernier. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 22 août 2019
(Image: Bénédicte ) Plus...