Pyongyang tire des missiles en mer du Japon

Corée du NordAlors que les négociations avec les Etats-Unis sont au point mort, la Corée du Nord a lancé plusieurs missiles à courte portée.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Corée du Nord a lancé samedi matin plusieurs missiles à courte portée en direction de la mer du Japon, a annoncé l'armée sud-coréenne. Les engins, partis de la péninsule de Hodo, près de la ville côtière de Wonsan, ont parcouru entre 70 et 200 km.

La Corée du Sud et les Etats-Unis «analysent les détails liés à ces missiles», a ajouté le commandement sud-coréen dans un communiqué. Le processus de dénucléarisation de Pyongyang est toujours dans l'impasse depuis trois mois.

Le président américain Donald Trump s'est dit confiant samedi dans le fait que le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un ne souhaite pas déroger à ses engagements. «Tout est possible dans ce monde très intéressant mais je crois que Kim Jong Un réalise tout à fait le grand potentiel économique de la Corée du Nord et qu'il ne fera rien pour interférer ou y mettre fin», a déclaré M. Trump sur Twitter.

«Nous sommes au courant des actions de la Corée du Nord cette nuit. Nous continuerons à surveiller», a déclaré de son côté la porte-parole de la Maison-Blanche Sarah Sanders.

«Grave inquiétude»

La présidence sud-coréenne a indiqué suivre la situation de près et «partager étroitement les informations avec les Etats-Unis». Elle a ajouté un peu plus tard que l'action nord-coréenne était contraire à un accord militaire signé entre les deux Corées l'année dernière, exprimant sa «grave inquiétude». «Nous appelons la Corée du Nord à participer activement aux efforts visant à une reprise rapide du dialogue», a poursuivi la Maison Bleue, la présidence sud-coréenne.

Pyongyang avait averti les Etats-Unis, il y a quelques jours, d'«un résultat indésirable», s'ils n'ajustaient pas leur position d'ici à la fin de l'année dans les négociations sur le programme balistique et nucléaire de la Corée du Nord.

«Notre résolution en matière de dénucléarisation reste intacte et nous le ferons quand le moment sera venu», avait déclaré la vice-ministre nord-coréenne des affaires étrangères Choe Son-hui, citée par l'agence officielle KCNA.

«Mais cela ne sera possible que si les Etats-Unis revoient et reformulent leur calcul actuel», avait-elle poursuivi. S'ils «n'ajustent pas leur position avant la date limite que nous avons proposée, ils feront face à [un, ndlr] résultat indésirable».

«Armes tactiques»

«M. Kim a décidé de rappeler au monde, et plus particulièrement aux Etats-Unis, que ses capacités d'armement augmentent de jour en jour», a commenté Harry J. Kazianis, directeur des études coréennes au Center for the National Interest à Washington.

«Ma crainte est que cela soit le début d'un retour au temps des menaces de guerre nucléaire et des insultes personnelles, un cycle de tensions dangereux qu'il faut éviter à tout prix», a ajouté cet expert.

En novembre et en avril, Pyongyang avait déjà annoncé avoir testé des «armes tactiques», sans en préciser la nature. Il s'agissait des premiers essais d'armes annoncés par le Nord depuis le début, en 2018, de ses négociations avec les Etats-Unis sur ses programmes de missiles balistiques et d'armement nucléaire.

Le régime nord-coréen s'est toutefois abstenu jusqu'à présent de tester des missiles balistiques ou des armes nucléaires, ce qui donnerait un coup d'arrêt définitif à son rapprochement avec Séoul et Washington.

Les lancements de samedi «ne violent pas le moratoire sur les essais de missiles que s'est lui-même imposé Kim Jong-un», le dirigeant nord-coréen, moratoire qui «ne s'applique qu'aux missiles balistiques intercontinentaux», a estimé à Séoul le spécialiste de la Corée du Nord, Ankit Panda.

«Historiquement, la Corée du Nord n'a jamais testé quoi que ce soit pendant que des pourparlers avaient lieu avec les Etats-Unis et il n'y a pas de pourparlers actuellement», a-t-il ajouté.

Pas de négociations

Après les effusions du sommet de Singapour en juin 2018, le président américain Donald Trump et le leader nord-coréen se sont quittés en février à Hanoï sur un désaccord. M. Kim réclamait une levée des sanctions trop importante aux yeux de M. Trump, en échange d'un début de dénucléarisation jugé trop timide.

Trois mois plus tard, le processus est toujours dans l'impasse. Les négociations sur le désarmement atomique n'ont jamais repris. La Corée du Nord a fait savoir qu'elle ne voulait plus voir à la table des pourparlers le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo, accusé d'avoir «des idées insensées et dangereuses».

La ministre sud-coréenne des affaires étrangères, Kang Kyung-wha, a estimé vendredi que Pyongyang devait montrer une dénucléarisation «visible, concrète et substantielle» pour obtenir un allégement des sanctions.

Parallèlement, M. Kim a rencontré à la fin avril le président russe Vladimir Poutine à Vladivostok pour leur premier sommet. Il en avait profité pour se plaindre de la «mauvaise foi» des Américains dans la crise nucléaire. (afp/nxp)

Créé: 04.05.2019, 17h05

Articles en relation

Trump et Kim sont favorables à un 3e sommet

Corée du Nord Le dirigeant nord-coréen est prêt à revoir le président américain à condition que son administration adopte «la bonne attitude». Plus...

Kim Jong Un défie les sanctions

Corée du Nord Le dirigeant nord-coréen a annoncé jeudi vouloir porter «un coup décisif» aux partisans des sanctions internationales. Plus...

Les USA pour une dénucléarisation «totale»

Washington Le gouvernement américain s'oppose à toute sortie «progressive» du nucléaire en Corée du Nord. Plus...

Kim propose un nouveau dialogue à Trump

Corée de Nord/ Etats-Unis Pyongyang veut un nouveau tête-à-tête avec Washington après l'échec de leur rencontre, jeudi. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 22 août 2019
(Image: Bénédicte ) Plus...