Passer au contenu principal

Quatre choses à savoir sur les yézidis

Dans un rapport rendu public ce jeudi matin à Genève, la Commission estime que les actes dont elle a eu connaissance peuvent être qualifié de génocide.

Des réfugiés yézidis près d'Idomeni, à la frontière gréco-macédonienne.
Des réfugiés yézidis près d'Idomeni, à la frontière gréco-macédonienne.
Keystone

La Commission d’enquête internationale indépendante de l’ONU sur la Syrie affirme dans un rapport que l’Etats islamique a commis un génocide contre les Yézidisou yézidis. «L’Etat islamique a soumis chaque Yézidi femme, enfant ou homme aux plus horribles des atrocités», a dénoncé Paulo Pinheiro, président de la Commission. L’ONU a recueilli des témoignages et des documents qui prouvent l'intention et la responsabilité pénale des commandants militaires de l’Etat islamique, de ses combattants, de ses chefs religieux et idéologiques. Mais qui sont les yézidis? Et quel a été leur sort quand leur région a été sous le contrôle du groupe Etat islamique? Réponses en quatre choses à savoir...

1. Une minorité religieuse kurdophone

Les Yézidis forment une minorité kurdophone qui comptait près de 700 000 membres dans le Kurdistan irakien. Ils vivent pour la plupart dans des villages près du mont Sinjar et de la ville qui porte ce nom, mais certains vivaient aussi à Bagdad. Ils pratiquent un monothéisme préislamique descendant du zoroastrisme. La méconnaissance de cette religion a conduit d'autres communautés religieuses à les qualifier d'adorateurs du diable. Ce n'est pas une religion prosélyte. La conversion au Yézidisme étant impossible, les mariages mixtes sont donc découragés pour trasmettre ses croyances.

2. Ils ne peuvent échapper juridiquement à l'esclavage.

N’étant donc pas adeptes d’une des «religions du Livre», les Yézidis femmes n’ont pas la possibilité de payer la «jizya», sorte de taxe leur permettant d’échapper à l’esclavage dont peuvent s’acquitter chrétiennes et juives capturés par les fondamentalistes islamistes. Daech justifie l'esclavage à partir d'une phrase de la charia qui dit que «chacun doit se rappeler que réduire en esclavage les familles kuffars (ndlr: infidèles) et prendre leurs femmes comme concubines est un aspect fermement établi de la charia, et qu’en le niant ou le moquant, on nierait ou on moquerait les versets du Coran et les paroles du Prophète», citée dans le magazine de Daech «Dabiq». Dans la Bible, un passage justifie aussi l'esclavage. Les combattants djihadistes répètent aux femmes qu’elles sont «infidèles» et doivent se convertir et être mariées. Le viol est quasi systématique dès qu’une femme a été «choisie» ou «achetée» par un djihadiste.

3. Ils ont été victimes d'un génocide

Selon le rapport d'enquête de l'ONU, sur une population de 700 000 personnes, 400 000 ont été tués, capturés ou déplacés. La commission détaille les atrocités auquelles ont été soumis ces populations. Les hommes sont forcés à la conversion s'ils ne veulent pas être exécutés. Les hommes de Daech ont trié leurs prisonniers selon des critères de sexe et d'âge, pour décider qui tuer, qui mettre en esclavage, qui violer, qui vendre etc. Or, la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide le 9 décembre 1948 adoptée par l'ONU défini le génocide comme des «actes commis dans l’intention de détruire, ou tout ou en partie, un groupe national, ethnique, racial ou religieux». Elle détaille ensuite les crimes constituant le génocide: les meurtres de membres du groupe, l’atteinte grave à leur intégrité physique ou mentale, la soumission intentionnelle du groupe à des conditions devant entraîner sa destruction, les mesures visant à entraver les naissances et les transferts forcés d’enfants du groupe à un autre groupe.

4. La plupart des survivants sont aujourd'hui dans des camps au nord de l'Irak.

Des milliers de yézidis survivants s'entassent dans les camps de déplacés du Kurdistan irakien, où leur conditions de vie sont désastreuses. Les djihadistes de Daech ont marqués les maisons des yézidis dans les villages où ils vivaient en paix avec des sunnites et en ont détruit beaucoup. 3200 femmes et enfants sont toujours détenus par Daech, selon le rapport de la commission d'enquête de l'ONU.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.