Passer au contenu principal

Plusieurs opérations de police en cours en Allemagne

Le parquet antiterroriste a indiqué que plusieurs opérations avaient lieu en lien avec l'attentat de Berlin. Il n'a pas confirmé des arrestations.

Un an après l'attentat de Berlin, la chancelière allemande Angela Merkel, critiquée pour son manque d'empathie et des négligences de la part des autorités, rencontre les proches des victimes. (Lundi 18 décembre 2017)
Un an après l'attentat de Berlin, la chancelière allemande Angela Merkel, critiquée pour son manque d'empathie et des négligences de la part des autorités, rencontre les proches des victimes. (Lundi 18 décembre 2017)
AFP
La ville de Berlin accuse la police locale d'avoir falsifié un document qui aurait théoriquement pu conduire à l'arrestation d'Anis Amri avant qu'il ne commette l'attentat. (Mercredi 17 mai 2017)
La ville de Berlin accuse la police locale d'avoir falsifié un document qui aurait théoriquement pu conduire à l'arrestation d'Anis Amri avant qu'il ne commette l'attentat. (Mercredi 17 mai 2017)
AFP
Avant que le camion ne fonce dans la foule, un photographe prenait des images du paisible marché de Noël où les Berlinois et les touristes prenaient plaisir à se restaurer et à faire leurs emplettes, ce lundi 19 décembre 2016.
Avant que le camion ne fonce dans la foule, un photographe prenait des images du paisible marché de Noël où les Berlinois et les touristes prenaient plaisir à se restaurer et à faire leurs emplettes, ce lundi 19 décembre 2016.
1 / 82

Plusieurs opérations de police étaient en cours jeudi en Allemagne, quatre jours après l'attentat meurtrier de Berlin, a indiqué le parquet antiterroriste sans confirmer quatre interpellations dans l'ouest évoquées par plusieurs médias.

«Des recherches et investigations sont évidemment menées dans l'ensemble du pays» dans le cadre de l'enquête ouverte après l'attaque au camion-bélier qui a fait 12 morts lundi soir dans la capitale allemande, a indiqué un porte-parole du Parquet antiterroriste.

Perquisitions signalées

Auparavant, les chaînes de télévision WDR et n-tv avaient affirmé que deux appartements avaient été perquisitionnés à Dortmund (ouest), ajoutant que la police avait procédé à «quatre interpellations». Selon la chaîne d'information en continu N-TV, les quatre personnes sont des proches d'Anis Amri, le suspect tunisien recherché par toutes les polices du pays et au-delà en Europe. Ces proches ont été en contact avec lui en début d'année.

Le porte-parole du parquet antiterroriste n'a pas confirmé ces informations, expliquant qu'il ne s'agissait «pas d'interpellations de personnes accusées ou suspectées» dans le cadre de la procédure ouverte après l'attaque. La chaîne n-tv a toutefois maintenu son information en disant avoir parlé avec l'une des personnes concernées, qui a dit avoir été interrogée pendant une heure par la police puis relâchée.

Dortmund est située dans l'Etat régional de Rhénanie-du-Nord-Westphalie, région de l'ouest de l'Allemagne où a vécu quelque temps le jeune homme et qui est connue pour abriter un nombre important de militants salafistes. Selon les médias, des vérifications de la police ont aussi eu lieu dans divers quartiers de Berlin.

Un candidat au suicide

Anis Amri, un Tunisien de 24 ans, est soupçonné d'être l'auteur de l'attentat au camion-bélier qui a fait 12 morts et 48 blessés lundi soir sur un marché de Noël berlinois. Selon le journal allemand Spiegel jeudi, il était un candidat de longue date au suicide.

Une chasse à l'homme à l'échelle européenne est en cours contre ce demandeur d'asile débouté depuis que la justice allemande a lancé un mandat d'arrêt sur tout le continent, plus de deux jours après l'attentat de Berlin revendiqué par le groupe Etat islamique (EI).

(afp/ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.