Un quatuor pour tenter de ramener la paix en Ukraine

MinskVladimir Poutine, Petro Porochenko, Angela Merkel et François Hollande sont réunis à Minsk, en Biélorussie, pour un sommet de la dernière chance visant à obtenir la paix en Ukraine.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

François Hollande, Angela Merkel et Petro Porochenko ont retrouvé ce mercredi 11 février Vladimir Poutine à Minsk pour un sommet de la dernière chance visant à obtenir la paix en Ukraine, au soir de l'une des journées les plus sanglantes du conflit.

La chancelière allemande Angela Merkel devait s'entretenir avec le président français François Hollande et son homologue ukrainien Petro Porochenko avant le sommet avec le chef de l'Etat russe Vladimir Poutine, le rendez-vous diplomatique le plus important depuis le début de la crise ukrainienne, a-t-on appris auprès de l'entourage du chef d'Etat français.

Les trois dirigeants ont atterri quasi-simultanément vers 16 heures (heure en Suisse), avant Vladimir Poutine.

Hollande et Merkel dans la même voiture

François Hollande est monté dans l'avion d'Angela Merkel pour une brève discussion avant que tous deux ne prennent la même voiture pour se rendre à Minsk.

Les dirigeants ont ensuite tous été accueillis au Palais de l'Indépendance, un imposant bâtiment de style post-soviétique, par Alexandre Loukachenko, le président biélorusse et hôte d'un jour des négociations de paix.

Avant d'arriver dans la capitale russe, les participants au sommet ont fait monter la pression par déclarations interposées tandis que sur le terrain, soldats ukrainiens et rebelles intensifiaient leurs combats pour arriver en position de force à la table des négociations.

Une cinquantaine de personnes, civils et soldats, ont ainsi été tuées mardi et mercredi, l'un des plus lourds bilans depuis le début il y a dix mois de ce conflit qui a déjà fait plus de 5.300 morts aux portes de l'Europe.

La rencontre au Biélorussie a été organisée au terme d'une semaine d'intenses consultations diplomatiques lancées par les dirigeants français et allemand, qui s'étaient rendus samedi à Moscou pour y rencontrer M. Poutine.

«Pour le meilleur ou pour le pire»

Le sommet de Minsk mercredi sera «un tournant, pour le meilleur ou pour le pire», a résumé la chef de la diplomatie européenne, Federica Mogherini dans un entretien accordé à l'AFP, évoquant «des perspectives inquiétantes» si l'issue de la rencontre était négative.

Avant de s'envoler pour Minsk, le président ukrainien Petro Porochenko avait affiché sa fermeté en se disant prêt à décréter la loi martiale dans toute l'Ukraine en cas d'échec du sommet. Il avait également averti le Kremlin que François Hollande, Angela Merkel et lui-même lui parleraient «d'une seule voix».

Selon l'Elysée, le président français et la chancelière allemande comptent «tout essayer» pour trouver une issue diplomatique à une crise qui a généré la pire période de confrontation entre la Russie et les Occidentaux depuis la fin de l'URSS en 1991.

«Une lueur d'espoir»

Prudent, Berlin a évoqué «une lueur d'espoir» mais jugé son résultat «incertain».

Depuis Washington, le président américain Barack Obama avait fait monter les enchères en appelant dans la nuit Vladimir Poutine pour lui dire que s'il continuait sa stratégie «agressive» en Ukraine, la Russie verrait augmenter le «prix à payer».

Selon une source au sein de la présidence française, les négociations à Minsk entre diplomates mandatés par les quatre dirigeants sont «difficiles». Les négociateurs sont arrivés à un «document» mais «il y a encore pas mal de problèmes qui restent à régler».

A Moscou, le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a lui fait état de «progrès notables» tout en accusant les Ukrainiens de vouloir placer un peu trop haut dans la liste des priorités du sommet la question du contrôle de la frontière entre la Russie et l'Ukraine au niveau des zones séparatistes.

Des civils tués

«Des pourparlers, il y en a eu déjà beaucoup depuis le début de la guerre. Et pour quels résultats?», a demandé une habitante de Donetsk, le principal fief rebelle, Tatiana Vassilieva, 50 ans, qui tient un magasin d'alimentation.

A quelques heures de la rencontre, au moins six civils ont péri dans cette ville lorsque des tirs d'artillerie ont touché dans la matinée un arrêt de bus et une usine métallurgique, selon les séparatistes. Trois autres civils ont été tués dans le fief rebelle, a-t-on appris de même source.

Les violences ont fait des dizaines de victimes en plusieurs endroits des régions séparatistes. L'armée ukrainienne a annoncé avoir perdu à elle seule au moins 19 soldats durant les dernières 24 heures, dont cinq au cours de l'attaque au lance-roquettes multiples Smertch mardi soir à Kramatorsk, ville qui abrite le principal état-major militaire ukrainien dans l'Est.

Cette attaque, dont Kiev a jugé la Russie «responsable», avait fait au total 16 morts, militaires et civils, dans la ville industrielle de 200.000 habitants, reprise par l'armée ukrainienne aux rebelles en juillet et épargnée par les combats depuis.

«C'est toujours la même chose»

Ce bombardement, le premier contre le QG de l'armée depuis le début de la guerre, est survenu au moment où soldats ukrainiens et rebelles cherchaient à gagner le plus de terrain possible pour arriver en position de force à la table des négociations.

«C'est toujours la même chose: quand nos combattants gagnent du terrain, on nous propose de négocier», a dénoncé Viktor Nenachev, un habitant de Donetsk de 38 ans favorable aux séparatistes. «Nous n'avons pas besoin d'un cessez-le-feu qui n'a d'ailleurs jamais existé. Il n'y a qu'une solution: qu'on remporte la victoire»

Au sud de la ligne de front, les troupes ukrainiennes ont par ailleurs annoncé avoir déclenché une contre-offensive et repris le contrôle de trois villages à l'est du port de Marioupol, une des dernières grandes villes de la région sous contrôle ukrainien. (afp/nxp)

Créé: 11.02.2015, 18h44

Articles en relation

Porochenko prêt à introduire la loi martiale en cas d'échec à Minsk

Crise en Ukraine Editorial Pour le président ukrainien, le sommet de Minsk représente «l'une des dernières chances d'instaurer un cessez-le-feu inconditionnel et un retrait des armes lourdes». Plus...

Sommet de la dernière chance à Minsk

Guerre en Ukraine La rencontre entre Angela Merkel, François Hollande, Petro Porochenko et Vladimir Poutine est celle de la dernière chance qui mettra fin à ce bain de sang en Ukraine. Plus...

Les séparatistes poussent leur avantage avant Minsk

Ukraine/Russie Un bastion pro-Kiev a été bombardé à la veille d'un sommet crucial pour la paix en Ukraine. Les séparatistes ont fait part de leurs propositions. Plus...

Merkel présente à Obama un plan de paix pour l'Ukraine

Washington En visite aux USA, Angela Merkel a présenté un plan de paix à Barack Obama. Le président américain a, lui, laissé la porte ouverte à des livraisons d'armes à l'Ukraine. Plus...

«Poutine veut installer un pouvoir prorusse à Kiev»

Crise ukrainienne Editorial Avant le sommet de Minsk, s’il se tient, la Russie vise toujours à déstabiliser le pouvoir en Ukraine. Entretien. Plus...

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.