«Pas question de revenir sur les 35 heures»

FranceLe Premier ministre français Jean-Marc Ayrault a assuré mardi qu'il n'était «pas question de revenir sur les 35 heures». Il était soucieux d'expliciter ses propos sur les 39 heures non taboues qui ont déchaîné une tempête.

Jean-Marc Ayrault

Jean-Marc Ayrault Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Il n'est pas question de revenir sur les 35 heures parce que ce n'est pas la cause de nos difficultés économiques, il y en a beaucoup d'autres», a déclaré le Premier ministre sur France Info.

Il a révélé que dans le rapport sur la compétitivité que l'ex patron d'EADS Louis Gallois lui remettra lundi ne contiendrait «rien concernant les 35 heures».

«Ce n'est pas un débat qui est relancé. Il y a toujours débat dans la société française, on est dans une démocratie. Est-ce qu'on a le droit de parler de tous les sujets ?», a fait valoir Jean-Marc Ayrault, manifestement soucieux d'éteindre l'incendie allumé par ses propos parus mardi matin dans le quotidien Le Parisien-Aujourd'hui en France.

Interrogé par le journal sur le retour des «39 heures payées 39», il avait répondu que c'est un thème qui «fera débat. Mais pourquoi pas? Il n'y a pas de sujet tabou. Je ne suis pas dogmatique».

Pas le point de vue du gouvernement

«Un lecteur du Parisien me pose cette question. Je dis qu'il n'y pas de sujets tabous. Simplement ce n'es pas le point de vue du gouvernement. Je vous le dis ce matin : il n'est pas question de revenir sur les 35 heures», a détaillé Jean-Marc Ayrault sur la radio France Info. «Ce n'est pas parce que je respecte mes interlocuteurs, qui ont le droit de poser toutes les questions et de défendre tous les points de vue que pour autant c'est le point de vue du gouvernement».

«Je vais vous faire une confidence, j'ai rencontré hier (lundi) Louis Gallois», «qui termine son rapport et me le remettra lundi» prochain, a insisté Jean-Marc Ayrault, interrogé par France Info. «Eh bien il n'y aura rien dans son rapport concernant les 35H». «Il m'a indiqué que ce n'est pas une proposition qu'il fera et en tout état de cause, même s'il l'avait faite, le gouvernement ne l'aurait pas retenue», a dit le Premier ministre.

Michel Sapin, son ministre du Travail, venait de déclarer sur une autre radio, RTL: «il ne faut pas supprimer les 35H», tandis que des responsables de l'opposition, UMP, ironisaient sur des propositions du Premier ministre se calant sur celles de l'opposition et dénonçaient un nouveau couac du gouvernement. (afp/nxp)

Créé: 30.10.2012, 09h57

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.