Ramadan aurait acheté le silence d'une femme

Affaire RamadanL'islamologue suisse a payé une femme pour qu'elle taise leur «relation», selon la justice belge.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'intellectuel musulman Tariq Ramadan a passé en 2015 un accord avec une Belge d'origine marocaine pour qu'elle cesse, en échange de 27'000 euros, ses révélations publiques sur leur «relation», a indiqué mercredi la justice belge, confirmant des informations de presse.

Contacté par l'AFP, Luc Hennart, président du tribunal de première instance de Bruxelles, a confirmé des informations parues sur le site français Mediapart et l'hebdomadaire belge «Le Vif».

En mai 2015 a été prononcé à Bruxelles un jugement public entérinant un accord entre Majda Bernoussi et Tariq Ramadan. Cette dernière, qui ne l'accusait pas de viol, dénonçait en revanche sur internet son emprise psychologique et une relation destructrice.

L'accord «prévoit que Majda Bernoussi retire ses publications sur le web et cesse d'en publier de nouvelles, moyennant une somme d'argent donnée par Tariq Ramadan», a dit M. Hennart à l'AFP.

«Cette transaction intervenue entre les parties a clos l'affaire en ce qui concerne la justice», a-t-il ajouté. «Il n'y a pas eu d'autres actions introduites à Bruxelles, ce qui laisse supposer que l'accord a été respecté de part et d'autre», a-t-il poursuivi.

Mme Bernoussi s'est engagée «à ne plus mentionner publiquement, directement ou indirectement» Tariq Ramadan, «sa famille proche» et «ses collaborateurs», «par écrit, oralement, et y compris par photos, commentaires, mentions, allusions, commentaires publics», sur quelque support que ce soit.

Les deux parties ont promis de ne plus avoir de contacts et Majda Bernoussi de «ne plus envoyer des messages injurieux et/ou menaçants» à l'islamologue suisse et «ses proches», faute de quoi elle devrait s'acquitter de «dommages et intérêts de 500 euros par violation», écrit Mediapart.

La convention comporte une contrepartie financière, selon Mediapart. Tariq Ramadan s'est engagé, «à titre transactionnel», à lui verser une somme totale de 27.000 euros: 15.000 euros sous la forme d'un premier paiement de 3.000 euros puis de mensualités de 1.500 euros, qui viennent s'ajouter à 12.000 euros déjà payés à l'occasion «d'une précédente convention». «Les montants avancés par Mediapart correspondent à la réalité», a confirmé M. Hennart.

Tariq Ramadan, 55 ans, qui a longtemps été une figure médiatique et influente de l'islam en Europe, est incarcéré en France depuis sa mise en examen pour viols en février, dans l'enquête ouverte après les plaintes de deux femmes fin octobre. Début mars, une troisième femme a porté plainte, affirmant avoir subi de multiples viols entre 2013 et 2014. Tariq Ramadan conteste ces accusations. (afp/nxp)

Créé: 04.04.2018, 21h19

Articles en relation

La grand-messe de l'Islam de France sans Tariq Ramadan

Religion Le Matin Dimanche Pendant des années, l’Islamologue suisse a été l’invité vedette de la Rencontre des musulmans de France qui se tient au Bourget. Plus...

Un alibi de Tariq Ramadan s'effondre

France L'islamologue affirmait être arrivé trop tard à Lyon pour avoir agressé une femme. Un témoignage contredit sa version. Plus...

Deux anciens juges chargés d’analyser l’affaire Ramadan

Abus Le Conseil d’État genevois a décidé de confier à deux experts le soin d’enquêter sur la gestion par le DIP du cas Ramadan et de situations similaires. Plus...

Offensive, la phase 2 de la défense de Tariq Ramadan a commencé

France Avec Me Emmanuel Marsigny pour nouvel avocat, le ton se fait plus dur. À la grande satisfaction du comité de soutien du Genevois. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.