Passer au contenu principal

FranceRamadan demande encore sa mise en liberté

Les avocats de l'islamologue suisse ont saisi la justice, mardi, pour que leur client puisse recouvrer la liberté.

L'islamologue suisse de 57 ans arrive au tribunal de Paris, en compagnie de sa femme et de son avocat, pour être entendu pour des accusations de viols. (Jeudi 13 février 2020)
L'islamologue suisse de 57 ans arrive au tribunal de Paris, en compagnie de sa femme et de son avocat, pour être entendu pour des accusations de viols. (Jeudi 13 février 2020)
AFP
Tariq Ramadan était convoqué le 23 janvier, mais il avait fait ce jour-là un malaise au rez-de-chaussée du tribunal et l'audition avait été annulée. (Jeudi 13 février 2020)
Tariq Ramadan était convoqué le 23 janvier, mais il avait fait ce jour-là un malaise au rez-de-chaussée du tribunal et l'audition avait été annulée. (Jeudi 13 février 2020)
AFP
Les faits décrits par ces ex-élèves genevoises sont prescrits. Aucune plainte n'a été déposée en Suisse pour l'instant. (3 novembre 2017)
Les faits décrits par ces ex-élèves genevoises sont prescrits. Aucune plainte n'a été déposée en Suisse pour l'instant. (3 novembre 2017)
1 / 44

L'islamologue suisse a fait une nouvelle demande de remise en liberté, assortie d'un placement sous contrôle judiciaire, moyennant une caution de 150'000 euros (quelque 179'800 francs). Selon une information de RTL, ses avocats ont déposé un dossier de 19 pages, qui remet en cause le témoignage des deux premières plaignantes. La troisième victime dans cette affaire, qui a déposé plainte en mars, n'a pas encore été interrogée.

Cette demande s'appuie sur les résultats de nouvelles investigations faites à la demande de Tariq Ramadan. Sa défense évoque notamment les incohérences de la déposition de celle que l'on connaît sous le nom de Christelle. Notamment une dispute dans la chambre d'hôtel voisine de la chambre où s'est déroulée l'agression. Au moment des faits, les pièces voisines n'étaient pas occupées, selon l'enquête.

En outre, la jeune femme affirme avoir fui après l'agression, prenant un bus avec une robe déchirée, le visage tuméfié et sa béquille. Interrogés, les conducteurs de bus ne se souviennent pas d'une telle scène, survenue en 2009.

Tariq Ramadan avait déjà demandé sa libération une première fois. Elle avait été rejetée en raison des risques de fuite, de récidive et de menaces sur les plaignantes. Accusé de viols par trois femmes, l'islamologue a été placé en détention à fin janvier.

cbx

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.