Tariq Ramadan va enfin rencontrer ses juges

FranceL'islamologue suisse est interrogé ce mardi pour la première fois par des juges d'instruction. Il doit répondre d'agressions sexuelles sur une ancienne escort-girl.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Incarcéré pour des accusations de viol qu'il nie catégoriquement, l'intellectuel musulman suisse Tariq Ramadan est convoqué ce mardi pour son premier véritable interrogatoire devant les juges d'instruction français.

L'islamologue devra répondre d'agressions sur une ancienne escort-girl, Mounia Rabbouj. Cette protagoniste du procès pour proxénétisme du Carlton aux côtés de l'ancien patron du Fonds monétaire international Dominique Strauss-Kahn affirme avoir été violée à neuf reprises en France, à Londres et à Bruxelles, de 2013 à 2014.

La défense espère convaincre les juges de renoncer à la mise en examen (inculpation), requise par le parquet. Le résultat de l'expertise ordonnée sur une robe de Mounia Rabbouj tachée de sperme pour en déterminer l'ADN est attendu prochainement.

Si le prédicateur devait reconnaître mardi une relation adultère, éloignée des enseignements qui ont fait sa célébrité, ce serait un nouveau coup porté à l'aura de celui qui fut une rare figure médiatique et populaire de l'islam en Europe.

Où en est l'enquête?

A l'issue de sa garde à vue, Tariq Ramadan avait été mis en examen le 2 février pour deux viols, dont un sur personne vulnérable, et écroué. L'enquête, démarrée en octobre, reposait initialement sur les accusations d'anciennes admiratrices du prédicateur --la militante laïque et ancienne salafiste Henda Ayari et une femme connue sous le pseudonyme de «Christelle»-- qui ont décrit des rapports sexuels forcés d'une grande violence.

Avant d'être confiée aux juges, l'enquête préliminaire avait aussi recueilli les récits de trois autres femmes, qui affirment avoir eu des relations intimes avec M. Ramadan, sous son «emprise» et parfois aussi très brutales.

Mounia Rabbouj avait porté plainte en mars. «M. Ramadan connaît Mounia Rabbouj et, s'il a eu une relation avec elle, elle n'est pas celle qu'elle a décrite», a affirmé Me Emmanuel Marsigny.

En Suisse, une quatrième femme a porté plainte et son témoignage doit encore être versé au dossier français.

Quelles versions s'affrontent ?

Interrogé en garde à vue sur les deux premières plaignantes, avec qui il a longtemps échangé sur internet et par téléphone, Tariq Ramadan a reconnu les avoir rencontrées en public, une seule fois chacune, mais a nié tout rapport sexuel.

Dans sa plainte, Henda Ayari avait situé les faits à Paris fin mars ou début avril 2012, mais a récemment affirmé devant les juges que le viol a en réalité eu lieu le 26 mai dans un hôtel place de la République.

Selon la défense de Tariq Ramadan, Mme Ayari a précisé qu'il pleuvait fort à cette date. «Impossible ! Météo-France indique qu'il n'y pas eu une goutte d'eau ce jour-là», assure Me Marsigny.

Concernant «Christelle», Tariq Ramadan a déclaré l'avoir vue 20-30 minutes dans le hall de son hôtel à Lyon le 10 octobre 2009, alors qu'elle dénonce des faits commis la veille.

Elle affirme que l'intellectuel est parti donner une conférence après l'avoir violée, la laissant «prostrée» et emportant ses habits. Elle avait pris la fuite le lendemain matin. Contestant cette version, la défense a versé au dossier une photo de cette conférence où elle croit reconnaître la jeune femme au 4e rang.

«Absurde», répond l'avocat de Christelle, Me Eric Morain. «Ma cliente (...) n'a pas la même couleur de peau que la personne désignée, qui n'a pas non plus de voile alors que ma cliente le portait à l'époque à la demande de Tariq Ramadan.»

Une détention contestée

Le placement en détention du petit-fils du fondateur des Frères musulmans a suscité une vive émotion chez ses partisans. D'autant qu'il souffre d'une sclérose en plaques, qui a justifié en mars son transfert à l'hôpital pénitentiaire de Fresnes.

S'appuyant sur une expertise médicale, qui a jugé que son traitement pouvait être suivi en prison, la cour d'appel de Paris a rejeté le mois dernier sa première demande de mise en liberté. Parmi les motifs: empêcher la fuite à l'étranger de l'intellectuel suisse et des pressions sur ses accusatrices.

Estimant que «les accusations s'effondrent», Me Marsigny assure que cette détention n'a «aucun intérêt pour les investigations» et que Tariq Ramadan - qui est prêt à payer une caution de 150'000 euros et à remettre son passeport suisse - «a de solides garanties de représentation». (afp/nxp)

Créé: 05.06.2018, 08h46

Articles en relation

Tariq Ramadan reste en prison

France La cour d'appel de Paris a rejeté mardi la demande de remise en liberté de l'islamologue Tariq Ramadan. Plus...

La fille de Tariq Ramadan défend son père

Accusations de viol Alors que la Cour d'appel de Paris doit se prononcer ce mardi sur une demande de libération de l'islamologue genevois accusé de viols, sa fille aînée Maryam s'exprime pour la première fois. Plus...

L'affaire Ramadan reprise par la Brigade criminelle

France Le dossier Tariq Ramadan vient d'être confié, selon le «JDD», à la Brigade criminelle parisienne. Il était jusqu'à maintenant traité par le 2e District de la police judiciaire. Plus...

Pierre de Preux et Guerric Canonica reprennent la défense de Tariq Ramadan

Justice Les ténors Marc Bonnant et Yaël Hayat sont écartés. L’islamologue a choisi un autre duo pour le défendre à Genève, où il est accusé de viol. Plus...

Tariq Ramadan reste en prison

France Le théologien musulman a vu sa première demande de remise en liberté rejetée vendredi par la justice. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.