Passer au contenu principal

Ramaphosa élu président d'Afrique du Sud

Le nouveau président sud-africain, successeur de Jacob Zuma, prête serment ce jeudi après-midi.

Le président sud-africain Jacob Zuma a annoncé sa démission. (Mercredi 14 février 2018)
Le président sud-africain Jacob Zuma a annoncé sa démission. (Mercredi 14 février 2018)
Keystone
L'Afrique du Sud a les yeux rivés ce mercredi sur son très controversé président, Jacob Zuma, qui doit annoncer s'il consent enfin à se plier, ou non. (14 février 2018)
L'Afrique du Sud a les yeux rivés ce mercredi sur son très controversé président, Jacob Zuma, qui doit annoncer s'il consent enfin à se plier, ou non. (14 février 2018)
AFP
Jacob Gedleyihlekisa Zuma est à la tête de l'Afrique du Sud depuis 2009. (Image d'archive)
Jacob Gedleyihlekisa Zuma est à la tête de l'Afrique du Sud depuis 2009. (Image d'archive)
Keystone
1 / 20

Cyril Ramaphosa, le chef de file du Congrès national africain (ANC, parti au pouvoir), a été élu président de l'Afrique du Sud par les députés, jeudi, en remplacement de Jacob Zuma. Ce dernier a annoncé sa démission avec effet immédiat, mercredi soir, plutôt que d'être poussé vers la sortie par une motion de censure de l'ANC.

Cyril Ramaphosa, chef du parti au pouvoir, le Congrès national africain (ANC), «est dûment élu président de la République d'Afrique du Sud», a déclaré le président de la Cour constitutionnelle, Mogoeng Mogoeng, sous les applaudissements des députés réunis en session extraordinaire.

Jacob Zuma, 75 ans, dix ans de plus que celui qui le remplace, était affaibli depuis des mois par des polémiques et des scandales teintés de corruption.

Lutte contre la corruption

Cyril Ramaphosa s'est engagé jeudi à faire de la lutte contre la corruption une de ses «priorités». «Les problèmes de corruption, les problèmes liés à la nécessité de redresser les entreprises publiques (...) font partie de nos priorités, ce sont des problèmes auxquels nous allons nous atteler», a déclaré M. Ramaphosa devant les députés, «je travaillerai très dur pour essayer de ne pas décevoir le peuple sud-africain». «J'ai reçu cet immense privilège de servir notre peuple, je me sens très humble d'avoir reçu ce privilège», a-t-il ajouté quelques minutes après avoir été élu.

M. Ramaphosa a promis de «travailler à améliorer la vie des Sud-Africains», alors que le pays, première puissance économique du continent, enregistre un taux de chômage record à 27,7%.

Le nouveau président hérite d'un pays écoeuré par les affaires de corruption et de détournements de fonds à la tête de l'Etat et en attente d'une reprise économique. Il présentera les grandes lignes de son programme pour l'année à venir, dans son discours sur l'état de la nation vendredi soir.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.