Rapprochement des renseignements militaires

France - USAComme prévu après les attentats de Paris, les services américains et français travaillent à une meilleure communication.

Image prétexte

Image prétexte Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les responsables du renseignement militaire français et américains se sont réunis mercredi à Washington pour accélérer les échanges de renseignement entre les deux pays, dans le droit-fil des décisions prises après les attentats de Paris, a indiqué le Pentagone.

Le général Christophe Gomart, chef du renseignement militaire français, a rencontré Marcel Lettre, le sous-secrétaire américain chargé au Pentagone du renseignement militaire, a indiqué un porte-parole du département de la défense américain.

Il s'agit de la première réunion au sommet du «comité Lafayette», mis en oeuvre après les attentats de Paris en novembre 2015 pour fluidifier les échanges de renseignement militaire entre la France et les Etats-Unis, selon cette source.

Les forces armées américaines et françaises ont atteint un niveau de coopération inédit dans la guerre contre les réseaux extrémistes islamistes en Afrique occidentale ou au Moyen-Orient.

Freins

Mais les difficultés de partage d'informations sensibles freinent parfois leur collaboration.

Des militaires français déployés au Centcom, le commandement des forces américaines au Moyen-Orient, se sont ainsi retrouvés l'année dernière exclus de réunions de planification de la campagne contre le groupe Etat islamique (EI), faute d'avoir le droit d'accéder à certaines informations classifiées.

Les Français espèrent pouvoir mettre en place avec les Américains un partage de renseignement comparable à celui dont bénéficient les Britanniques, les Canadiens, les Australiens et les Néo-Zélandais dans le cadre de l'alliance dite des «Five Eyes».

Accès

De leur côté, les Américains ont promis de faire un effort pour améliorer l'accès des Français à leurs renseignements.

«Nous voulons avoir» avec la France «le même niveau de partenariat approfondi» qu'avec les Five Eyes, mais d'une manière «parallèle et unique», a estimé un haut responsable américain de la défense interrogé par l'AFP.

Les responsables américains ont souvent des commentaires appréciateurs pour les services de renseignement français, louant en particulier leurs compétences sur l'Afrique du Nord.

Les 17 agences de renseignement américaines, dont la CIA, la NSA, la DIA (renseignement militaire)... comptent plus de 100'000 employés, selon les services du coordonnateur du renseignement James Clapper. Les agences de renseignement françaises (DGSE, DGSI, DRM) comptent pour leur part plus de 12'000 employés. (afp/nxp)

Créé: 12.05.2016, 02h57

Articles en relation

L'échange automatique nécessite jusqu'à 200 emplois

Secret bancaire L'administration fédérale devra engager du personnel pour traiter les demandes de renseignements en matière fiscale. Plus...

Ils veulent améliorer le partage des renseignements

Attentats de Bruxelles Les pays de l'UE se sont réunis à Bruxelles pour «tirer les conséquences» des attentats de mardi. Plus...

Les services secrets scrutent aussi les Suisses

Aéronautique Les données des voyageurs suisses sont transmises par le Secrétariat d'Etat aux migrations (SEM) aux services de renseignement (SRC). Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.