Vaste chasse à l'homme à Paris pour retrouver le forcené

Coups de feu et prise d'otageUne chasse à l'homme a été lancée lundi à Paris pour retrouver un individu armé, en fuite après avoir blessé grièvement un photographe du journal Libération, et les grands médias ont été placés sous protection policière.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le président François Hollande, en visite en Israël, a demandé au ministre de l'Intérieur Manuel Valls de «mobiliser tous les moyens» pour arrêter «celui qui a tenté de tuer et qui peut tuer encore».

Après s'être enfui de Libération, l'homme, qui n'a pas été identifié, est soupçonné d'avoir ouvert le feu devant une banque dans le quartier d'affaires de la Défense, à l'ouest de Paris, et d'avoir brièvement pris en otage un automobiliste entre les tours de la Défense et l'avenue des Champs-Elysées. L'automobiliste pris en otage par le forcené a déclaré lors de son audition à la police que l'homme lui a dit qu'il sortait de prison et avait sur lui des munitions et des explosifs.

Il serait également l'auteur d'une précédente agression armée vendredi au siège de la chaîne d'information en continu BFMTV qui n'avait pas fait de victime.

«Un véritable danger»

«La piste d'un auteur unique est privilégiée», a indiqué le procureur de Paris lors d'une conférence de presse en fin d'après-midi. Un appel à témoins a été lancé et une photo du suspect, prise par une caméra de surveillance, a été diffusée.

Agé de 35 à 45 ans et de type européen, l'homme «représente un véritable danger», a affirmé le ministre de l'Intérieur.

Les fusillades à Libération et à La Défense ont semé la confusion dans la capitale et mobilisé d'importants moyens policiers. Des voitures de police sillonnaient discrètement le quartier des Champs-Elysées, survolé par un hélicoptère. Des policiers ont également été déployés devant les locaux de plusieurs médias, qui ont renforcé leurs mesures de sécurité.

En milieu de matinée, le suspect, coiffé d'une casquette et armé d'un fusil à pompe, avait fait irruption au siège de Libération, faisant feu à deux reprises sur un assistant photographe. Touché au thorax et à l'abdomen, le jeune homme a été opéré mais son pronostic vital reste engagé.

«Il a sorti un fusil et a tiré deux fois»

«Je suis arrivée et j'ai vu un homme au sol avec du sang partout qui se tenait le ventre», a raconté à l'AFP une collaboratrice de Libération, Anastasia Vécrin.

Le ministre Manuel Valls, qui s'est rendu à Libération, a évoqué une «scène de guerre» d'une «très grande violence», qui n'avait «rien à voir avec la démocratie». «C'est la première fois qu'un organe de presse est ainsi frappé», a souligné la ministre de la Culture Aurélie Filippetti.

«Il a sorti un fusil et a tiré deux fois» titre mardi en gros caractères noirs Libération daté de mardi, qui consacre quatre pages à cet acte sans précédent.

«S'attaquer à un journal, c'est s'attaquer à un des rouages de la vie démocratique» mais «en dépit de cette attaque, Libé restera Libé», a déclaré le directeur de Libération Nicolas Demorand à l'AFP en dévoilant la Une du journal.

Un peu plus d'une heure après l'agression à Libération, un homme a tiré trois coups de feu devant le siège de la banque Société générale au quartier de La Défense, sans faire de blessé.

Quelques instants plus tard, un automobiliste dit avoir été menacé et forcé à prendre dans sa voiture un homme armé, qu'il aurait déposé près des Champs-Elysées, selon une source policière.

Vives réactions politiques

L'inconnu, muni d'un fusil de calibre 12, le plus répandu en France, a été identifié sur les enregistrements vidéo comme l'auteur d'une précédente agression vendredi au siège de la chaîne d'information en continu BFMTV.

Il avait alors proféré des menaces contre un rédacteur-en-chef de la chaîne se trouvant seul dans le hall, sans tirer.

«J'ai le souvenir surtout d'avoir échangé un regard avec lui, que j'ai interprété comme étant un regard avec beaucoup d'intensité et de détermination», a indiqué à l'AFP Philippe Antoine. «C'était quelqu'un de précis dans ses gestes, de pas paniqué du tout». L'agression au siège de Libération a suscité de vives réactions dans la classe politique française, les socialistes au pouvoir disant leur «effroi» et leur «totale solidarité». L'opposition de droite s'est dite «indignée» et «choquée». (afp/nxp)

Créé: 18.11.2013, 19h39

Articles en relation

«La piste d'un auteur unique est privilégiée»

Drame à Libé Une chasse à l'homme s'est engagée lundi à Paris après qu'un tireur a grièvement blessé un photographe au quotidien Libération. En cavale, l'homme est activement recherché. Plus...

Les images de la chasse à l'homme au coeur de Paris

France La police française s'est déployée lundi au cœur de Paris à la recherche d'un homme armé en fuite après avoir blessé grièvement un photographe du journal Libération et peut-être tiré devant une banque en banlieue. Plus...

Revivez le film des événements de la chasse à l'homme

Drame à Libé Un homme a gravement blessé un photographe au siège de Libération à Paris ce lundi matin. La police est toujours à ses trousses lundi soir. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.