Un réfugié kurde iranien reçoit un prix littéraire

AustralieDétenu sur une île en Papouasie-Nouvelle-Guinée, un requérant d'asile a écrit son livre sur son téléphone avant de l'envoyer par bribes à un traducteur.

L'île de Manus en Papouasie-Nouvelle-Guinée sert de détention pour les requérants en vertu des lois australiennes sur l'asile.

L'île de Manus en Papouasie-Nouvelle-Guinée sert de détention pour les requérants en vertu des lois australiennes sur l'asile. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un demandeur d'asile kurde iranien détenu en Papouasie-Nouvelle-Guinée en vertu des lois australiennes sur l'asile s'est vu décerner jeudi le prix littéraire le plus richement doté d'Australie. Son livre, il l'a rédigé sur son téléphone avant de l'envoyer par bribes.

Le prix Victoria pour la littérature a été attribué à Behrouz Boochani, retenu depuis 2013 sur l'île de Manus en Papouasie-Nouvelle-Guinée, selon un communiqué officiel de l'Etat de Victoria, en Australie, publié sur internet.

Le lauréat, qui est journaliste et cinéaste, recevra une récompense de 100'000 dollars australiens (72'000 francs) pour son livre: «No Friend But the Mountains: Writing from Manus Prison» («Pas d'amis mais les montagnes: écrits depuis la prison de Manus»). Il a également remporté le prix décerné à la littérature non-fiction doté de 25'000 dollars australiens.

La distinction a été remise au traducteur, Omid Tofighian, qui a travaillé cinq ans avec Boochani pour réaliser le livre, ajoute le communiqué de l'Etat de Victoria. Selon les médias australiens, Boochani a rédigé son livre depuis son téléphone portable et l'a adressé bribe par bribes à Tofighian via la messagerie WhatsApp.

Conditions dénoncées

Canberra a dirigé pendant des années vers Manus ou Nauru, dans le Pacifique, les demandeurs d'asile cherchant à entrer en Australie par mer, pour que leur dossier y soit traité. Même reconnues comme réfugiées, les personnes sont interdites d'entrée en Australie.

Cette politique de fermeté veut dissuader les candidats à des traversées maritimes périlleuses, mais les Nations unies et les organisations de défense des droits humains dénoncent les conditions de vie dans les camps et des périodes prolongées de détention. (ats/nxp)

Créé: 01.02.2019, 06h59

Articles en relation

Meurtre d'un requérant: 17 ans de prison

Argovie Un Iranien de 29 ans a été condamné mercredi pour avoir tué un jeune compatriote dans un centre en août 2016. Plus...

Prison ferme pour le migrant qui avait tué une ado

Allemagne Le jeune requérant avait tué son ex-petite amie à coups de couteau. Il a été condamné ce lundi à 8 ans et demi de prison ferme. Plus...

12 ans de prison pour avoir tué un requérant

Canton de Neuchâtel Un trentenaire géorgien écope de 12 ans de prison pour avoir tué un pensionnaire du centre d'accueil de Fontainemelon avec un couteau. Plus...

Une étudiante empêche l'expulsion d'un Afghan

Suède Elin Ersson, de l'Université de Göteborg, a refusé de s'asseoir dans un avion ralliant Göteborg à la Turquie jusqu'à ce que le requérant débouté sur ce vol en soit débarqué. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.