Renforts turcs à la frontière syrienne

Moyen-OrientLes patrouilles militaires turques à la frontière syrienne se sont renforcées alors qu'Erdogan menace les milices kurdes du YPG.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Turquie a renforcé ses effectifs militaires à la frontière avec la Syrie, après les menaces d'intervention du président turc Recep Tayyip Erdogan contre une milice kurde, ont rapporté les médias turcs. Ankara exige la mise en place d'une zone de sécurité.

Le nombre des patrouilles militaires turques à la frontière avec des véhicules blindés «a augmenté» à Akcakale, une localité frontalière, a indiqué dimanche l'agence de presse privée DHA. Neuf camions transportant des véhicules blindés, ainsi qu'un bus transportant des militaires, ont gagné Akcakale, dans la province de Sanliurfa, a précisé samedi soir l'agence pro-gouvernementale Anadolu.

Le convoi est destiné à renforcer les unités militaires déjà présentes à la frontière avec la Syrie, ajoute l'agence sans lier toutefois ces mouvements aux avertissements samedi du président turc.

Recep Tayyip Erdogan a réitéré samedi sa menace de lancer une opération «sur terre et dans les airs» en Syrie contre les milices kurdes des Unités de protection du peuple (YPG). L'offensive peut commencer «aussi tôt qu'aujourd'hui, demain», a ajouté le président turc.

Repousser les Kurdes

La présidence turque a annoncé dimanche soir que le président turc et son homologue américain Donald Trump ont convenu lors d'un entretien téléphonique de se rencontrer le mois prochain à Washington pour discuter de la mise en place de cette «zone de sécurité» dans le nord de la Syrie.

Cette zone tampon doit être créée entre la frontière turque et les zones syriennes contrôlées par la milice kurde des unités de protection du peuple (YPG). Ankara considère cette milice comme une organisation «terroriste». Fer de lance des forces démocratiques syriennes (FDS), l'YPG a été un partenaire clé de Washington dans la lutte contre l'organisation Etat islamique (EI).

Outre éloigner les YPG de sa frontière, Recep Tayyip Erdogan espère pouvoir utiliser la «zone de sécurité» pour y renvoyer jusqu'à 2 millions de réfugiés syriens. (ats/nxp)

Créé: 07.10.2019, 01h07

Les troupes américaines vont se retirer des abords de la frontière turque

«La Turquie va bientôt mettre en oeuvre son opération prévue de longue date dans le Nord de la Syrie», a dit la Maison Blanche dans un communiqué rendant compte d'une conversation téléphonique entre Donald Trump et son homologue turc Recep Tayyip Erdogan. «Les forces américaines ne vont pas soutenir ou être impliquées dans l'opération et les forces américaines, qui ont vaincu le califat territorial de l'Etat islamique, ne seront plus à proximité immédiate», a précisé la Maison Blanche.

Articles en relation

Elle raconte sa vie à Alep avec sa famille

Guerre en Syrie «Pour Sama», raconte l'histoire d'un jeune couple qui a décidé de rester à Alep avec leur bébé. Le documentaire, bouleversant, est sélectionné pour Cannes. Plus...

Washington accuse Damas d'attaque chimique

Syrie Les États-Unis, par la voix de Mike Pompeo, ont promis de riposter à cette attaque commise à Idleb, sans précisions. Plus...

«Un processus de paix en Syrie est à notre portée»

Ignazio Cassis à l'ONU Le chef du DFAE soutient la création d'un Comité constitutionnel sous l'égide des Nations unies pour mettre fin au conflit en Syrie. Plus...

Erdogan parle d'Idleb avec Poutine et Rohani

Sommet sur la Syrie Un sommet axé sur la Syrie a réuni lundi à Ankara les présidents turc, russe et iranien pour stopper la guerre en Syrie. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.