À quoi ressemblerait la Palestine de Trump

Proche-OrientLe président a twitté la carte d’un État palestinien... acceptable pour Israël.

La solution à «deux États» du président américain, qualifiée de «chance du siècle» par le Premier ministre israélien, a été rejetée par le président palestinien.

La solution à «deux États» du président américain, qualifiée de «chance du siècle» par le Premier ministre israélien, a été rejetée par le président palestinien. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Voici à quoi ressemblerait l'État de Palestine envisagé par le président étasunien Donald Trump, avec l’assentiment du premier ministre israélien Benjamin Netanyahou.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

1. Un État rabougri et morcelé

Selon le plan de Trump, l’État hébreu, qui couvre déjà 78% de l’ancienne Palestine britannique, pourrait encore grignoter des territoires en Cisjordanie. En guise de compensation, les Palestiniens recevraient deux enclaves dans le désert du Négev. Bref, ils auraient un territoire en quatre morceaux, reliés par des corridors routiers.

2. La vallée du Jourdain annexée

Israël se verrait octroyer la souveraineté sur la vallée du Jourdain. Cette zone stratégique le long du fleuve fait office de frontière avec la Jordanie voisine. La Cisjordanie serait ainsi enclavée dans le territoire israélien.

3. Les colonies israéliennes annexées

Washington entend aussi reconnaître la souveraineté de l’Etat hébreu sur une partie importante des colonies israéliennes en Cisjordanie, qui seraient ainsi annexées. D’ores et déjà, l’ambassadeur américain David Friedman a affirmé que les annexions peuvent commencer sans délai. Par ailleurs, une quinzaine de colonies resteraient enclavées au cœur du territoire palestinien.

4. Une capitale en banlieue de Jérusalem

Jérusalem restera «la capitale indivisible d’Israël», a assuré Donald Trump. Pas question de céder la Vieille-Ville ou d’autres lieux saints situés à Jérusalem-Est (qui fut annexée en 1980). Le président étasunien a certes évoqué «une capitale palestinienne à Jérusalem-Est», mais cela signifie qu’elle sera située dans une banlieue arabe. Pas de quoi convaincre le président Mahmoud Abbas, qui a rompu tout lien avec l’administration Trump depuis que Washington a déplacé en mai 2018 son ambassade de Tel-Aviv à Jérusalem.

Quant à l’Esplanade des Mosquées, dans la Vieille-Ville de Jérusalem, elle serait toujours gérée par la Jordanie.

5. Des réfugiés sans retour

Benyamin Netanyahou a précisé que les réfugiés palestiniens (qui avaient fui le conflit en 1948) n’auront pas le droit au retour en Israël. Ce point est ultrasensible dans les deux camps. Pour les organisations palestiniennes, c’est un affront, d’autant plus qu’aucune compensation symbolique n’a été évoquée.

Les factions palestiniennes ont rejeté le plan avant même l’annonce. Visiblement, Trump parie sur la population de Cisjordanie qui en a assez de ce conflit interminable.

6. Une Palestine démilitarisée

Donald Trump dit proposer «une solution réaliste à deux États», précisant que le «futur État palestinien» ne verra le jour que sous plusieurs «conditions», notamment «le rejet clair du terrorisme». Ce sera forcément un État démilitarisé. Benyamin Netanyahou a précisé une autre condition: la reconnaissance d’Israël comme «État juif».

7. Un délai de quatre ans

Le président étasunien dit avoir adressé une lettre au président palestinien Mahmoud Abbas, lui assurant que le territoire prévu pour son futur État «restera ouvert et sans développement» de colonies israéliennes «pendant une période de quatre ans». Le temps de pacifier les factions palestiniennes.

8. Une carotte de 50 milliards de dollars

Quant au volet économique de ce plan, déjà dévoilé en juin dernier, prévoit des investissements à hauteur de 50 milliards de dollars pour améliorer les conditions de vie des Palestiniens.

Créé: 29.01.2020, 18h57

Articles en relation

Le «plan de paix» de Trump ravit Netanyahou

Proche-Orient Le président donne le feu vert à Israël pour l’annexion des colonies juives. La vallée du Jourdain échapperait aussi au futur État palestinien. Plus...

Le «deal du siècle» de Trump sera-t-il un cadeau électoral à Netanyahou?

Israël Le président des États-Unis doit présenter ce mardi son fameux plan de paix, censé résoudre rien de moins que le conflit israélo-palestinien. Sans même convier… les Palestiniens. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.