Résultats: Facebook est à un tournant

Réseaux sociauxFacebook a publié mardi ses résultats: la croissance continue de ralentir, en termes de chiffre d'affaires, de rentabilité comme de popularité.

Image d'illustration.

Image d'illustration. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Contraint de dépenser des milliards de dollars pour assainir son réseau, confronté aux changements d'habitudes des consommateurs et à un effet de saturation qui ralentissent sa croissance, Facebook se retrouve, à presque 15 ans, à un tournant majeur de son histoire.

Le premier réseau social au monde a publié mardi des résultats financiers trimestriels très attendus, qui ont confirmé la décélération de sa croissance, en termes de chiffre d'affaires, de rentabilité comme de popularité. Des tendances qui vont se poursuivre en 2019, ont prévenu ses responsables.

«Nous naviguons au milieu de défis et d'opportunités sur plusieurs fronts», a résumé Mark Zukerberg, pendant une conférence téléphonique avec des analystes, jugeant que l'année 2018, marquée par de nombreuses polémiques (données personnelles, manipulations politiques, piratage etc...), avait été «dure».

Les investisseurs se sont montrés extrêmement nerveux après la publication des résultats et le titre a opéré de violents mouvements de yo-yo, passant du rouge au vert en l'espace de quelques minutes, au gré des déclarations de Mark Zuckerberg.

L'action a même perdu jusqu'à 6,5% mais les investisseurs ont finalement semblé rassurés et elle prenait environ 3,20% dans les échanges électroniques post-séance officielle vers 00H00 GMT mercredi.

Transition vers l'éphémère

Premier défi de Facebook, a expliqué M. Zuckerberg, les gens aiment de plus en plus échanger messages, photos et vidéos de «façon plus privée» que sur le «fil d'actualités» classique de Facebook. Ils lui préfèrent les messageries Messenger et WhatsApp (possédées par le groupe) ou le format «Stories», ces petits montages vidéo ou photo qui disparaissent après une journée, particulièrement populaires sur Instagram, également propriété de Facebook.

«Les gens se sentent plus à l'aise (...) s'ils savent que leurs contenus ne seront vus que par un petit nombre et qu'ils ne resteront pas en ligne pour toujours», a expliqué le jeune milliardaire, qui a comparé cette transition à celle opérée vers le mobile il y a quelques années

Du coup, Facebook s'est lancé dans un modèle «priorité aux stories » plutôt qu'au «fil d'actualités» mais la transition s'est révélée plus ardue que prévu, a expliqué Mark Zuckerberg. Ces formats ne contiennent pas autant de publicités que le traditionnel «Fil» Facebook et sont facturées moins cher aux annonceurs. Résultat : «nous ne gagnons pas autant d'argent», a dit le dirigeant et il «faudra du temps» pour que les revenus reflètent le succès de ces nouveaux formats.

Autre gros défi, la sécurité. Entre le piratage de 29 millions de comptes fin septembre et la lutte contre tous les contenus problématiques, le groupe voit ses dépenses exploser (7,9 milliards sur le trimestre, contre 5,2 l'an dernier).

Et 2019 sera «une nouvelle année d'investissements importants», a asséné Mark Zuckerberg, qui embauche à tour de bras et investit dans des technologies (intelligence artificielle...) destinées à mieux contrôler les contenus. A cet égard, les législatives américaines du 6 novembre seront «un vrai test» pour nos dispositifs anti-manipulation politique, a-t-il ajouté.

Proche de la saturation

Le groupe investit aussi beaucoup dans la construction de «data centers», dans la réalité augmentée ou la vidéo, un domaine où Facebook est selon son PDG «loin loin derrière YouTube», détenu par Google.

Au final, même si Facebook connaît encore une bonne croissance dans des pays en développement, il est proche de la «saturation» dans les pays développés, a reconnu Mark Zuckerberg.

Une saturation qui s'illustre avec les chiffres du troisième trimestre, qui ont tous confirmé que Facebook a fini par subir le ralentissement qu'il avait prévu et annoncé dès 2016 et amplifié depuis par les scandales. Ainsi, le réseau a désormais 2,27 milliards d'utilisateurs mensuels actifs ( 10%), moins que prévu par les marchés.

Son chiffre d'affaires est, à 13,727 milliards de dollars, inférieur aux attentes et sa croissance (33%) est en décélération. Ralentissement net aussi pour le bénéfice net (5,14 milliards, 9%). Pour ce qui est du dernier trimestre, Facebook prévoit un nouveau ralentissement de sa croissance.

Facebook avait connu un coup de tabac boursier dans la foulée de ses résultats trimestriels décevants en juillet, perdant 120 milliards de capitalisation boursière en une seule séance, du jamais-vu à Wall Street. (afp/nxp)

Créé: 31.10.2018, 02h05

Articles en relation

Pages Facebook liées à l'Iran supprimées

Etats-Unis Le réseau social a fermé 82 comptes qui étaient soupçonnés de manœuvres politiques destinées aux Anglais et Américains. Plus...

Une adresse suisse pour les réseaux sociaux?

Internet Selon une commission du National, Facebook et Cie devraient disposer d'un siège en Suisse pour faciliter les procédures judiciaires. Plus...

Facebook a «trahi la confiance» des Européens

Scandale Cambridge Analytica Les eurodéputés ont voté jeudi une résolution, qui charge Facebook, accusé d'avoir «trahi la confiance» des Européens. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 21 septembre 2019
(Image: Valott?) Plus...