Macron promet «un changement profond»

FranceLe président français Emmanuel Macron a promis lundi «action» et «efficacité» pour répondre à «l'impatience des Français».

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Je crois profondément que par ses choix récents, notre peuple nous demande d'emprunter une voie radicalement nouvelle», «de renouer avec l'esprit de conquête», a lancé le chef de l'Etat, venu exposer les grandes orientations de son quinquennat devant les députés et les sénateurs.

Dans un discours fleuve, il a notamment proposé de réduire d'un tiers le nombre de sénateurs et de députés et de modifier le mode d'élection du Parlement, en introduisant «une dose de proportionnelle» afin que «toutes les sensibilités y soient justement représentées».

Il a affirmé sa volonté de «parachever» sa réforme des institutions «d'ici un an», en soumettant les nouvelles dispositions à un référendum «si nécessaire». M. Macron s'est par ailleurs prononcé pour un Etat qui protège «les plus faibles», tout en rejetant l'assistanat et en souhaitant «désintoxiquer» l'Etat de l'interventionnisme public.

Sièges vacants

Elu au second tour de la présidentielle face à l'extrême droite, conforté par une majorité franche lors des législatives marquées par une abstention record, ce centriste pro-européen a promis de convaincre «tous ceux qui nous font confiance du bout des lèvres, tous ceux qui n'ont pas voté. Tous ceux aussi que la colère et le dégoût devant l'inefficacité de leurs dirigeants politiques ont conduit vers des choix extrêmes».

Le visage grave, le chef de l'Etat avait parcouru auparavant, hiératique, la longue galerie menant à la salle du Congrès entre deux rangées de gardes républicains, dans le cadre fastueux du château de Versailles.

La séance a été ouverte par une minute de silence en mémoire de Simone Veil, survivante de la Shoah, européenne et féministe convaincue, décédée vendredi.

Certains sièges des 577 députés et 348 sénateurs sont restés vacants, notamment des députés de la France insoumise (gauche radicale) et du Parti communiste qui ont boycotté la convocation. Les élus communistes, arborant leurs écharpes tricolores, se sont rassemblés avant l'ouverture de la session devant la mairie de Versailles «pour dire non à la monarchie présidentielle», selon des tweets.

Rituel annuel

Emmanuel Macron est le troisième président français à s'exprimer devant les parlementaires sous les ors de Versailles. François Hollande y avait fait une allocution solennelle trois jours après les attentats du 13 novembre 2015, après Nicolas Sarkozy en juin 2009.

Le nouveau chef de l'Etat compte faire de ce format solennel et exceptionnel un rituel annuel, abandonnant la traditionnelle interview télévisée du 14 Juillet, jour de la fête nationale française.

Signe d'une prééminence assumée, soigneusement mise en scène, le président a choisi de prendre la parole la veille de la déclaration de politique générale de son Premier ministre Edouard Philippe. Mardi, il reviendra à M. Philippe de détailler devant l'Assemblée la feuille de route gouvernementale.

Refonder l'Union européenne

M. Macron a également annoncé qu'il lèverait «à l'automne» l'état d'urgence en France, en vigueur depuis les attentats de novembre 2015, tout en annonçant des «mesures renforcées» dans la lutte antiterroriste.

Le président français a réitéré son souhait de voir des «conventions démocratiques» lancées dans l'ensemble des pays européens d'ici la fin de l'année afin de refonder une Union européenne fragilisée qui a selon lui «perdu le cap».

«La construction européenne est fragilisée par la prolifération bureaucratique et par le scepticisme croissant qui en découle», a-t-il poursuivi. «Je crois fermement à l?Europe, mais je ne trouve pas ce scepticisme injustifié». (afp/nxp)

Créé: 03.07.2017, 16h29

Articles en relation

Un homme voulait tuer Macron le 14 juillet

France Un jeune nationaliste a été arrêté après voir été repéré sur un site de jeux vidéo. Interrogé, l'homme a avoué vouloir s'en prendre au président français. Plus...

Macron interpellé au sujet de sa position sur la Syrie

France Des intellectuels français et syriens reprochent au président français son revirement à propos de Bachar el-Assad. Plus...

Macron va fixer son cap depuis Versailles

France L'«hyperprésident» français doit s'adresser lundi au Parlement réuni en Congrès. Une initiative controversée. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.