Passer au contenu principal

Le rival de Bolsonaro condamné par la justice

Fernando Haddad a été condamné mardi à de la prison pour financement illégal de campagne en 2012.

Fernando Haddad le 8 mars 2019.
Fernando Haddad le 8 mars 2019.
AFP

Fernando Haddad, candidat malheureux à la présidentielle brésilienne en 2018, a été condamné à quatre ans et six mois de prison en régime semi-ouvert pour des irrégularités dans le financement de la campagne électorale qui lui avait permis de devenir maire de São Paulo en 2012. Il va faire appel.

Pour justifier sa condamnation, le juge a mis en avant dans sa décision annoncée mardi la «falsification de documents à des fins électorales» par M. Haddad, avec «258 faux relevés de dépenses» durant sa campagne pour devenir maire de la capitale économique du Brésil.

En revanche, le juge n'a pas retenu les autres chefs d'accusation d'association criminelle et de blanchiment d'argent qui pesaient contre Fernando Haddad.

«Manque de logique»

Ce dernier, défait par Jair Bolsonaro en octobre dernier à la présidentielle, avait été poursuivi en septembre par le bureau du procureur pour avoir reçu, en 2012, 2,6 millions de réaux (1,17 million de francs au taux de change de l'époque) d'une société, ce qui lui avait permis de rembourser une dette contractée pendant la campagne électorale. Il devait en contrepartie favoriser cette entreprise dans ses liens avec l'administration publique.

Selon la presse locale, l'ancien candidat du parti des travailleurs a déclaré qu'il allait faire appel de ce jugement qui «manque de logique», le juge l'ayant déclaré coupable de faits ne figurant pas, selon lui, dans la plainte initiale du procureur.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.